Vagues de rêve

Postez ici vos reports de trip en dehors de vos spots habituels, vos voyages et vos découvertes

Vagues de rêve

Messagepar ragondin » Ven Juin 18, 2010 12:56

Nous avons certainement tous des rêves de vagues ou d'une vague en particulier...
La vague parfaite mais avec votre degré de perfection à vous. Les goûts et les couleurs de chacun sont différents et la vague l’est aussi. Grosse, moins grosse, creuse ou non, longue ou courte, seul ou à plusieurs, glassy ou offshore.
Je vais tenter de vous raconter ici ma quête de l’une d'elles, quelque part dans de lointaines contrées que je ne connaissais pas encore.
A l’époque, j’arrive dans un nouveau pays, je découvre de nouvelles vagues, de nouveaux risques, mon surf prend une nouvelle ampleur et mes rêves de nouvelles formes. Non, je ne suis pas un bon surfeur : ma technique est pauvre, mon niveau de rame très moyen mais je peux m’aventurer dans des conditions difficiles et tenter l’abordage des vagues de magazines.

C'est par une parole un peu forte et une oreille bien tendue que tout commence. En effet, la première fois que j'en ai entendue parler c'était lors d'une session tranquille où les vagues se faisaient un peu attendre mais suffisamment nombreuses pour chacun. Il fait beau, le vent est léger, l’ambiance décontractée.
Mes voisins discutent bruyamment d'un trip sur une île où ils ont scoré une longue droite "perfect". Ils sont super excités et pourtant, si je comprends bien, cela fait plus d’une semaine qu’ils sont revenus.
Des vagues parfaites toute la journée, une dizaine de gars maxi au pic, une vague qui tube avec de la taille mais sans être assassine ou qui permet les manœuvres sinon, bref un vrai rêve de surfer. Mon rêve de vague est né là, à cet instant, le cul sur la planche, le regard sur l’horizon, loin, bien loin.
Je n'ai pas osé leur demander plus de détails mais il faut maintenant assouvir ma curiosité…

Je poursuis mon apprentissage des lieux et, à force de discussion et recherches tout azimut, je finis par comprendre où se trouve certainement cette vague. Il s'agit d'un archipel au nord, accessible en bateau ou en avion et connu dans le monde entier pour son isolement, ses lagons et ses plages paradisiaques. Il est aussi moins connu pour ses requins, ses moustiques, son manque d'eau potable et ses difficultés d'approvisionnement.
Ce n’est pas encore gagné, il existe dans cette zone 80 atolls !!!

Il faut maintenant resserrer l’étau et préparer un super trip. En lâchant quelques phrases sur le spot, genre "mec qui connait" et bien aidé par la vidéo "Windows" et la session de Fanning sur le spot, je finis par savoir exactement où elle se trouve. Comme prévu il faut prendre le bateau ou l'avion mais en plus, sur place, aucun hébergement et aucun approvisionnement immédiat. Le village le plus prêt se trouve à presque 1H00 de bateau.
Mais qu'à cela ne tienne, la machine à rêve est lancée, il me faut surfer cette vague.

Je poursuis ma quête d'informations mais tout est plus simple maintenant. J'apprends ainsi que des pêcheurs font des aller-retour réguliers entre un ilot tout proche de la vague et le village, que le montant du trajet varie mais n'est pas excessif, qu'il est possible de camper sur place, qu'il n'y a pas d'eau sur l'île et que la vague ne fonctionne que pendant certaines périodes de houle de Nord.
L'attente continue et pour me mettre au supplice, une marque locale lance un clip montrant la vague surfée par les meilleurs surfeurs du coin. J'ai l'impression que tous les locaux que je rencontre ont déjà surfé là-bas et ils me racontent tous des trucs incroyables. Toutes les histoires ne sont pas rassurantes entre les requins, les grosses séries, les planches cassées et les coupures sur le corail à 1h00 d'une soi-disant infirmerie mais une chose est certaine, la vague est terrible!

Ca y est !
Finalement, le plan est mûr : avion jusque sur l'île puis le soir ou le lendemain matin départ avec le bateau des pêcheurs pour la journée et la nuit et enfin retour le jour suivant. Pas question de camper plus longtemps pour le moment car je n'ai pas de congés plus long qu'un week-end. La date est fixée, il ne faut plus qu'attendre. Je sais que vous me comprenez. Comme il est difficile d’attendre le jour du départ, comment toute l’attention est portée sur cette date du calendrier. Attention à ne pas se faire mal. Tout est-il bien prêt ? Pourvu que la houle soit là. Vais-je être au niveau ?

Enfin, le jour J arrive. Les prévisions de houle sont excellentes, un swell de nord nous bombarde depuis quelques jours déjà. Un sac léger m'accompagne avec des bouteilles d'eau, un tapis, des conserves locales et quelques fruits secs. Une seule planche suffira pour une durée si courte. Je l’enregistre en fret, c’est obligatoire.
Le vol est rapide et l'arrivée sur l'atoll est magique, la piste semble si petite, l'eau si claire, l'accueil typique des îles est si sympathique. L’odeur des fleurs envahit l’atmosphère. Quelques voitures à l’aéroport mais la seule route est bientôt déserte.
Déjà je me renseigne pour rejoindre l'ilot. Une personne semble pouvoir m'emmener le soir même, je l'appelle en suivant. Mais petite contrariété : il est déjà là bas. En fait, j'apprendrai plus tard qu'il est occupé à fêter la journée sur un charter avec des surfeurs étrangers. Sont-ils nombreux ? Ce n'est pas grave, je prendrai le bateau des pêcheurs le lendemain matin, comme prévu. D’ailleurs je me fais confirmer son existence. Oui, il vient tous les jours pour livrer le poisson au village.
Hébergé dans une pension, je passe une nuit courte et agitée. Je fonce dès l'aube vers le quai et tourne en rond en attendant le pêcheur. De plus ou moins petits requins croisent le long du quai, nous sommes chez eux sans doute. Le vent semble assez fort et le lagon est bien clapoteux. Enfin, un bateau apparait à l'horizon. Malgré mon excitation, je le laisse accoster tranquillement. Le passager est un surfeur, j'en profite pour lui demander comment sont les vagues ce matin et s'il y a du monde sur le spot. Et là, c'est le coup de poignard. La houle est tombée depuis hier et, en plus, le vent est mal orienté : il n'y aura pas de surf aujourd'hui. Pour etourner le couteau dans la plaie il me raconte les deux jours parfaits qu'il vient d'avoir : tubulaire le premier jour, lisse et long le second avec encore des sections à tube et une longueur vraiment incroyable. Les boules, total grave. Il me confirme qu'il est possible de camper sur place et me préviens de me méfier des moustiques, très présents. Il faudra que je rajoute un briquet à mon paquetage pour le feu protecteur. Le charter amène effectivement des surfeurs sur le spot mais ils ne surfent pas toute la journée et pas le matin tôt. De toute façon, ça ne représente pas plus de 15 personnes au pic.

C'est donc foutu pour la découverte du spot. Ma déception est à la hauteur de l’attente. J'en profite pour découvrir l'île et je ne le regrette pas : c'est fabuleux. Le côté sauvage et perdu au milieu de l'océan fait un drôle d'effet. Les couleurs changent d'heure en heure. Parfois, vous vous sentez seul au monde, tel Robinson. Les odeurs de mer, de fleurs, de plantes vous surprennent. Le vent est chaud mais parfois l’ombre vous surprend par sa fraîcheur. L’eau est chaude et translucide, contempler les poissons est si simple, nager avec eux si surprenant. Que de sensations.

Retour à la case départ, ou presque. Mais l'envie, le rêve est toujours présent, j'irai!

Une année passe, puis une autre et toujours pas de nouvelle occasion. Mais finalement, un voyage à Hawaii disparait faute de place dans l'avion, un trip au Chili s'écroule faute d'argent et un nouveau projet voyage dans les îles voit le jour.
Cette fois ci, rien n'est laissé au hasard : tente, conserves, riz, réchaud, anti-moustique, bidons pour l'eau. Par téléphone, j'ai réservé une pension en expliquant que je partirai sur l'ilot dès que possible et qu'il faudra m'emmener. La réponse fut : "pas de problème". Mais je me méfie de ce genre de "no-problem attitude", ici cela veut dire : on s'adaptera. Nous devons rester 4 jours sur l'île, je devrais arriver à en caser deux complets sur le spot.

A nouveau, l'avion se pose sur cette piste si petite. C'est original, on vient nous chercher en bateau cette fois et la pension ou nous logeons est située sur son propre ilot. Le cadre est somptueux. Pas les bâtiments mais la nature qui l’entoure. Rien n'a changé depuis deux ans ici, le temps se serait-il arrêté?
Je mets à profit l'après midi pour rechercher un transport fiable pour le lendemain. Et bonne surprise, la personne qui emmène les surfeurs c'est Justin, mon hôte! Nous discutons donc du prix et tombons d'accord puisque le sien correspond à ce que j'attends. Seul bémol, il doit attendre le bateau qui livre l'essence et qui vient le lendemain en fin de matinée. Je tique un peu et lui dit que je vais me renseigner encore au village pour voir si quelqu'un peut m'emmener. Mais ici tout le monde est à sec et ceux qui ne le sont pas gardent leur essence au cas où le bateau de ravitaillement ne venait pas. Je retourne donc vers Justin et nous convenons de partir dès qu'il aura récupéré son essence.

La nuit est pleine de moustiques mais le réveil au bord du lagon dans la tente est magique, tout est si calme, si translucide. C’est comme si l’eau et l’air flottaient ensemble, le ciel et le lagon se marient à l’horizon, les cocotiers, les oiseaux sont comme dessinés. Je sors de ma transe matinale, mon objectif est là, tout proche.
Je suis alors comme les locaux : j'attends le bateau avec impatience. Pour eux, c'est un bateau spécial : nous sommes le 24 décembre et, en plus de l’essence, il apporte aussi les cadeaux pour tout le monde. Enfin il arrive à quai, le débarquement commence. Justin part avec ses bidons. Le grand moment approche.
Il est 16h quand il revient, je n'en peux plus d'attendre mais en trois années de culture locale j’ai appris à rengainer mon impatience occidentale, « no-problem ». Mais là, stupeur, il jette les bidons sur le sable visiblement en colère : ils sont vides!
J'attends un peu pour aller aux nouvelles, le bonhomme est énervé, ce ne doit pas être le moment, client ou pas client. Voilà finalement les nouvelles : comme le bateau transporte les cadeaux, il n'a prix qu'un container d'essence au lieu des deux habituels. L'essence n'est distribuée qu'à ceux qui en ont fait la commande. Evidemment, à par les hôtels de luxe, personne n'a fait de commande, donc pas plus d'essence sur l'île que la veille. Ce n’est pas possible, je suis maudit. La colère, la déception, la tristesse me traversent tour à tour. Je rumine, j’ai comme envie de crier à cette vague là-bas que j’arrive et qu’elle a intérêt à ne pas faire la maline, je l’aurai !
Je ne m'avoue pas vaincu et recherche encore une possibilité. Hélas, personne ne reste ou ne va sur l'ilot le soir de Noël. Même le bateau de la plongée ne bougera pas aujourd’hui et demain. Rage et encore rage. C'est encore raté. Je dois me résigner.
La soirée est très belle. Nous sommes invités à manger une vraie dinde puis à participer à un échange de bonbons et chansons entre toutes les familles du village. L'esprit de Noël est bien là.
Et là-bas, la machine à vagues fonctionne à plein, même le jour de Noël. Le volume de la dinde et de ce qui l’accompagne représente le volume d’essence qui me manque. Mais ce soir, j’ai aussi compris que les gens ici n’ont presque plus d’essence pour deux semaines, que la pêche va devenir bien difficile et que le poisson est la base de l’alimentation avec le riz. Ca veut dire pour eux conserves de viande ou de poisson pendant au moins une semaine. Ce n’est pas la famine certes mais je ne veux pas être à leur place !
J'essaye encore le lendemain, pour la dernière journée, mais tout le monde fête Noël en famille et en bouteille. Ce coup-ci c'est bien mort.
Le lendemain, nous prenons l'avion pour une autre île, la page se tourne définitivement. Nous survolons la passe, j’aperçois la vague et pour me saluer, elle laisse un surfer envoyer une gerbe d’au revoir.

L’histoire se termine par un coup de chance, sur une des iles que nous allons découvrir ensuite je vais surfer pendant trois jours une droite magnifique.
Image


Mais ce n'est pas la belle dont j'avais rêvée…
Message sans importance, merci de ne pas vous en rendre compte ;-)
Avatar de l’utilisateur
ragondin
 
Messages: 167
Enregistré le: Lun Sep 01, 2008 07:37
Localisation: au fond du trou
Nombre de sessions: 500

Re: Vagues de rêve

Messagepar fafa » Ven Juin 18, 2010 13:15

Excellent récit !!! MErci cela donne vraiment envie ! Et cela concrétise bien l'ingratitude de ce sport vis à vis des conditions climatiques mais également de la logistique nécessaire pour y accéder.
Un jour peut être tu atteindras le Grâal espéré !!!
Avatar de l’utilisateur
fafa
 
Messages: 730
Enregistré le: Mer Déc 05, 2007 09:57
Localisation: PESSAC
Nombre de sessions: 0

Re: Vagues de rêve

Messagepar Tibok » Ven Juin 18, 2010 13:52

Bravo d'avoir su mettre des mots sur ce mal qui nous ronge ces obsessions qui nous rendent infernales pour les non initiés ce rêve de tous les surfeurs :yess:
Je me suis envolé l'instant de la lecture loin de mon bureau, et c'était vraiment pas déplaisant...
Seul point négatif, j'ai maintenant plus que tout envie d'aller surfer :camion:
Pain grillé repwesent

http://www.surfrepotes.fr
Avatar de l’utilisateur
Tibok
Site Admin
 
Messages: 6547
Enregistré le: Lun Déc 03, 2007 21:52
Localisation: Pessac
Nombre de sessions: 7

Re: Vagues de rêve

Messagepar Tibok » Ven Juin 18, 2010 13:59

Le sujet me rappelle cette discussion qui date maintenant mais pas déplaisante non plus à reparcourir :fufu:
Pain grillé repwesent

http://www.surfrepotes.fr
Avatar de l’utilisateur
Tibok
Site Admin
 
Messages: 6547
Enregistré le: Lun Déc 03, 2007 21:52
Localisation: Pessac
Nombre de sessions: 7

Re: Vagues de rêve

Messagepar Gart » Ven Juin 18, 2010 16:43

Merci pour ce super récit. Ça m'a rappelé ma frustration lorsque j'ai essayé d'aller voir (et peut-être surfer) Désert Point. Une journée de cauchemar et un abandon à quelques kilomètres du but. J'ai failli en chialer.
Avatar de l’utilisateur
Gart
 
Messages: 5313
Enregistré le: Ven Juin 20, 2008 15:01
Nombre de sessions: 64

Re: Vagues de rêve

Messagepar pipeau » Ven Juin 18, 2010 16:58

Merci pour ce récit. Tu viens avec ton histoire de remettre, pour ma part, le surf à sa (vraie ?) place. Et j'en avais bien besoin. Je m'explique...: à force de parcourir les trips et sessions du forum, les autres sites de surf, de préparer des interviews je vis certes baigné dans l'ambiance surf mais de façon bien virtuelle. Ce n'est pas faute de vouloir surfer mais une période ( obligatoire) de boulot de nuit, mes responsabilités de papa font que techniquement ce n'est pas possible. Alors fuite en avant certainement, je bosse dans l'ombre pour le forum avec une certaine aigreur quand je réalise que je suis qu'a une heure de route des vagues. Puis je lis ton récit: que ce soit dans la motivation, avec ces deux tentatives infructueuses et le rapport de l'essence entre les besoins de ces pêcheurs et ton envie bien compréhensible de surfer cette vague, je me sens un petit peu couillon... Comprend qui pourra cette petite séance de thérapie bien personnelle mais en tout cas saches que ton récit va pour moi peut être un peu au-delà de la simple histoire. Merci
pipeau
 

Re: Vagues de rêve

Messagepar Occy17 » Ven Juin 18, 2010 17:28

merci pour le rêve fred
Team Pains Grillés
Avatar de l’utilisateur
Occy17
 
Messages: 3260
Enregistré le: Mar Déc 18, 2007 11:50
Localisation: Tonnay Charente (17), home spot : pas de home spot, vive les trips
Nombre de sessions: 3

Re: Vagues de rêve

Messagepar zitoune » Ven Juin 18, 2010 17:41

Vraiment top fred ton récit :yess:
c'est clair que ça fait bien voyager! et le mystère reste entier sur le "où" ;)

De mon côté, la notion de vague de rêve est plus complexe...
Je m'explique.

Un fantasme est il fait pour être réalisé?
Si oui cela restera-t-il un fantasme ou finalement un simple acte accompli?
ça résume bien ma position sur la vague qui me fait le plus fantasmer...
je ne sais pas si j'irai un jour, tout simplement car c'est une des vagues les plus dangereuses au monde
un des lines up les plus chauds également,
un reef hardcore,
des séries ultraviolentes

mais c'est clairement la vague dont je rêve le plus...
elle est en poster dans mon salon,
c'est une gauche alors que je préfère les droites,
bref c'est presque incompréhensible, mais malgré tout je crois que ça représente le Graal pour moi
elle résume à elle seule toute l'histoire du surf

en plus elle a un nom canon: banzai pipeline
Avatar de l’utilisateur
zitoune
Site Admin
 
Messages: 15142
Enregistré le: Lun Déc 03, 2007 22:34
Localisation: Un peu loin des vagues, mais ça va revenir !

Re: Vagues de rêve

Messagepar kevinseconds » Sam Juin 19, 2010 09:55

Pas de chance ragondin quand même :o , mais je crois que dans ces coins là il faut prévoir un peu de temps devant soi!

Des fois je me dis que je suis complètement "obsédé" par certains spots, ça me rassure de pas être le seul!
Friends, chicks and marshall stacks!
Avatar de l’utilisateur
kevinseconds
 
Messages: 2227
Enregistré le: Jeu Déc 06, 2007 12:56
Nombre de sessions: 18

Re: Vagues de rêve

Messagepar ragondin » Mer Mar 30, 2011 11:50

Pour se marrer (jaune?) un petit peu, je suis tombé sur un reportage sur un site bien connu et en plus ils ont mis une vidéo.
Voilà de quoi je parlais :
http://www.surf-report.com/fr/page/page-4078-Une+%EEle+du+Pacifique+Sud+by+Benjamin.html

Franchement, ça tue!
Message sans importance, merci de ne pas vous en rendre compte ;-)
Avatar de l’utilisateur
ragondin
 
Messages: 167
Enregistré le: Lun Sep 01, 2008 07:37
Localisation: au fond du trou
Nombre de sessions: 500

Re: Vagues de rêve

Messagepar soroli » Mer Mar 30, 2011 17:06

ragondin a écrit:Pour se marrer (jaune?) un petit peu, je suis tombé sur un reportage sur un site bien connu et en plus ils ont mis une vidéo.
Voilà de quoi je parlais :
http://www.surf-report.com/fr/page/page-4078-Une+%EEle+du+Pacifique+Sud+by+Benjamin.html

Franchement, ça tue!

Pfffuuu .... c'était mieux en Gironde ce WE .... :fufu:
:wink:
Vraiment belle vague ! :amour:
Deux choses sont infinies : l'univers et la bêtise humaine. En ce qui concerne l'univers, je n'ai pas encore acquis la certitude absolue. (Albert Einstein)
I surf because each session is a small piece of Life to share with Friends.
Avatar de l’utilisateur
soroli
 
Messages: 6969
Enregistré le: Mer Déc 30, 2009 13:43
Localisation: Les voyages forment la jeunesse ... ou ce qu'il en reste ...
Nombre de sessions: 0

Re: Vagues de rêve

Messagepar dd-lac » Mer Mar 30, 2011 17:56

.
Modifié en dernier par dd-lac le Ven Sep 09, 2011 12:12, modifié 1 fois.
dd-lac
 
Messages: 651
Enregistré le: Mar Déc 04, 2007 14:11
Localisation: loin

Re: Vagues de rêve

Messagepar Cocornichon » Mer Mar 30, 2011 21:41

Et la gauche de l'autre côté de la passe (on la voit sur la vidéo de loin), elle n'est pas surfable ?
Cocornichon
 
Messages: 99
Enregistré le: Ven Mar 19, 2010 10:19


Retourner vers Trips surf & voyages

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 10 invités

cron