[Boat Trip] Maldives atolls centraux Episode 2

Postez ici vos reports de trip en dehors de vos spots habituels, vos voyages et vos découvertes

Re: [Boat Trip] Maldives atolls centraux Episode 2

Messagepar PCPRL » Dim Aoû 15, 2010 05:17

Djinneo j'ai pas attendu tes leçons de morale pour parcourir le monde à la rencontre d'autres cultures, avant et après avoir appris à surfer.
Mais sois rassuré, ton souhait égoïste de voir mon trip tomber à l'eau est déjà en partie exaucé car depuis mon SMS à Soroli les vagues nous fuient, et le soleil est parti.
Bon surf à toi !
CB
Team des Imprudents
PCPRL
 
Messages: 264
Enregistré le: Mer Aoû 05, 2009 10:44
Localisation: Sur une dalle qui tuyaute
Nombre de sessions: 0

Re: [Boat Trip] Maldives atolls centraux Episode 2

Messagepar fab85 » Dim Aoû 15, 2010 09:22

PCPRL a écrit:Mais sois rassuré, ton souhait égoïste de voir mon trip tomber à l'eau est déjà en partie exaucé car depuis mon SMS à Soroli les vagues nous fuient, et le soleil est parti.


:(
Avatar de l’utilisateur
fab85
 
Messages: 2359
Enregistré le: Mar Juil 22, 2008 21:15
Localisation: 85
Nombre de sessions: 31

Re: [Boat Trip] Maldives atolls centraux Episode 2

Messagepar soroli » Dim Aoû 15, 2010 18:06

J'ai reçu un coup de fil de PCPRL ce soir. Il est au mouillage au niveau de Muli (première vague surfée lors de mon trip).
Malheureusement, à l'exception des 2 premiers jours qui ont été ensoleillés, le temps orageux et le vent sont présents sans discontinuer depuis. :yuk: Cela a beau être la période de la mousson, avoir 7 jours de temps maussade d'affilée (et les prévisions sont identiques pour les 10 jours à venir ...) est vraiment une sacrée déveine.
Ce n'est même pas un problème de houle car elle est bien présente entre 1m50 et 2m. Mais le vent d'ouest force 5 hâche tout et rend les vagues difficiles à gérer.
Il garde quand même le moral et nous prépare un report bien dense. :D
Deux choses sont infinies : l'univers et la bêtise humaine. En ce qui concerne l'univers, je n'ai pas encore acquis la certitude absolue. (Albert Einstein)
I surf because each session is a small piece of Life to share with Friends.
Avatar de l’utilisateur
soroli
 
Messages: 6714
Enregistré le: Mer Déc 30, 2009 13:43
Localisation: Les voyages forment la jeunesse ... ou ce qu'il en reste ...
Nombre de sessions: 0

Re: [Boat Trip] Maldives atolls centraux Episode 2

Messagepar padyere » Dim Aoû 15, 2010 18:41

djinneo a écrit:Dsl d'être le rabas-joie de service, mais les trips "trip-surf" me font gerber. :yuk:

J'ai l'impression de lire un thread D4thlon, FMH, ou Playboy: au programme muscu', retour aux fondamentaux pendant une semaine sur une vague facile oléronnaise, et en avant pour des vagues de rêves avec un bon plan photo waterproof avec des angles avantageux.

Quand je suis allé voir mon amoureuse réunionnaise, mais samerlipopette, j'ai même pas pensé à prendre mon maillot de bain. J'ai fait sensation avec mes espadrilles et j'ai acheté un vilain maillot de bain pour la seule fois où j'ai fait trempette avec ma promise.

Et le surf, mais bah... :flute:
Quand je voyage, j'ai d'autres choses à apprendre qu'à placer un roller sur une vague d'école.

Vous avez quoi dans vos têtes ? Pour vous la planète est si petite que tous les voyages du monde que vous pourriez entreprendre se réduisent à votre quiver?!!
Encore une fois, dsl de casser l'ambiance, mais tout ce gâchis me fait flipper.

Tout ce que je te souhaite, c'est du flat, du flat et rien que du flat. Du vrai big boring flat.
Et encore du flat pour que tu nous ramènes des Maldives quelques réflexions sur l'Islam par exemple. Une rencontre improbable entre un cuistot, un Imam, une veuve, un orphelin, un expat'...
Ramènes tout ce que tu veux de là-bas, mais pas des vagues.


J'avions pas vu ce thread.
Et en plus de dire que je plussoie tout ce qu'a répondu Tibok, je voudrais juste ajouter que si il y a bien quelqu'un sur ce forum qui n'a jamais, en 30 ans de surf, fait un surf trip (càd aller quelque part juste pour surfer, je ne parle pas de visiter un pays ET surfer si l'occasion se présente), c'est bien moi. L'idée du pur surf-trip en effet m'ennuie juste prodigieusement. Mais par contre, je lis avec attention , appréciation et intérêt ceux des autres, et en effet sur un forum comme surfrepotes, qui est quand même un forum de surf qui parle de surf, je ne vois pas l'intérêt que je vous raconte mon prochain séjour lozérien.
Aprés PCPRL part en surf trip, c'est sa vie, ses vagues nous interessent, ses photos aussi, et je croise les doigts pour lui que le temps s'améliore , c'est trop con.
Le jour où j'aurais envie de parler des Navajos et des réserves indiennes, j'irai sur un forum d'anthropologues.
home, flat home !!
Avatar de l’utilisateur
padyere
 
Messages: 1127
Enregistré le: Ven Jan 11, 2008 09:42
Localisation: golfe de St Tropez

Re: [Boat Trip] Maldives atolls centraux Episode 2

Messagepar soroli » Mar Aoû 17, 2010 13:05

padyere a écrit:...je croise les doigts pour lui que le temps s'améliore ...

Padyère, surtout ne décroise pas les doigts ! Je sais, c'est pas pratique pour conduire, faire des photos de libellules ou faire ses lacets mais ça marche pour la météo ... :lol:
Sms de PCPRL ce matin : 3h de pure session à Muli avec soleil et vagues glassy

PS : il y est jusqu'au 20/08 :fufu: (tu tiendras ?)
Deux choses sont infinies : l'univers et la bêtise humaine. En ce qui concerne l'univers, je n'ai pas encore acquis la certitude absolue. (Albert Einstein)
I surf because each session is a small piece of Life to share with Friends.
Avatar de l’utilisateur
soroli
 
Messages: 6714
Enregistré le: Mer Déc 30, 2009 13:43
Localisation: Les voyages forment la jeunesse ... ou ce qu'il en reste ...
Nombre de sessions: 0

Re: [Boat Trip] Maldives atolls centraux Episode 2

Messagepar Tonneau » Mar Aoû 17, 2010 13:09

Bien content pour lui que les conditions soient revenus. Il va nous pondre un super report comme ca :D
Ca fera du mal au moral de tout le monde ce report mais faut croire qu'on aime se faire du mal
Tonneau
 
Messages: 1361
Enregistré le: Lun Nov 23, 2009 13:45
Nombre de sessions: 4

Re: [Boat Trip] Maldives atolls centraux Episode 2

Messagepar zitoune » Mer Aoû 18, 2010 16:15

padyere a écrit:
djinneo a écrit:Dsl d'être le rabas-joie de service, mais les trips "trip-surf" me font gerber. :yuk:

J'ai l'impression de lire un thread D4thlon, FMH, ou Playboy: au programme muscu', retour aux fondamentaux pendant une semaine sur une vague facile oléronnaise, et en avant pour des vagues de rêves avec un bon plan photo waterproof avec des angles avantageux.

Quand je suis allé voir mon amoureuse réunionnaise, mais samerlipopette, j'ai même pas pensé à prendre mon maillot de bain. J'ai fait sensation avec mes espadrilles et j'ai acheté un vilain maillot de bain pour la seule fois où j'ai fait trempette avec ma promise.

Et le surf, mais bah... :flute:
Quand je voyage, j'ai d'autres choses à apprendre qu'à placer un roller sur une vague d'école.

Vous avez quoi dans vos têtes ? Pour vous la planète est si petite que tous les voyages du monde que vous pourriez entreprendre se réduisent à votre quiver?!!
Encore une fois, dsl de casser l'ambiance, mais tout ce gâchis me fait flipper.

Tout ce que je te souhaite, c'est du flat, du flat et rien que du flat. Du vrai big boring flat.
Et encore du flat pour que tu nous ramènes des Maldives quelques réflexions sur l'Islam par exemple. Une rencontre improbable entre un cuistot, un Imam, une veuve, un orphelin, un expat'...
Ramènes tout ce que tu veux de là-bas, mais pas des vagues.


J'avions pas vu ce thread.
Et en plus de dire que je plussoie tout ce qu'a répondu Tibok, je voudrais juste ajouter que si il y a bien quelqu'un sur ce forum qui n'a jamais, en 30 ans de surf, fait un surf trip (càd aller quelque part juste pour surfer, je ne parle pas de visiter un pays ET surfer si l'occasion se présente), c'est bien moi. L'idée du pur surf-trip en effet m'ennuie juste prodigieusement. Mais par contre, je lis avec attention , appréciation et intérêt ceux des autres, et en effet sur un forum comme surfrepotes, qui est quand même un forum de surf qui parle de surf, je ne vois pas l'intérêt que je vous raconte mon prochain séjour lozérien.
Aprés PCPRL part en surf trip, c'est sa vie, ses vagues nous interessent, ses photos aussi, et je croise les doigts pour lui que le temps s'améliore , c'est trop con.
Le jour où j'aurais envie de parler des Navajos et des réserves indiennes, j'irai sur un forum d'anthropologues.

je crois que chacun voyage à sa façon de toutes façons...
Personnellement, je trouve que le surf est une clef pour découvrir un pays,
ça rapproche de suite avec les surfeurs locaux, ça permet de découvrir une autre facette du pays
Le surf au pérou m'a par exemple emmené hors des sentiers battu touristiques (incroyables également toutefois), les péruviens hallucinait qu'un gringo vienne dans leur bled surfer, car pour eux ça ne vaut pas le déplacement...
Au mexique on a découvert des bleds paumés, des villes fantômes... mais un autre mexique que celui des guides

bref chacun sa sauce, mais perso je m'y retrouve niveau rencontre / culture / découverte à voyager surf, le plaisir des barrels en plus :wink:
Avatar de l’utilisateur
zitoune
Site Admin
 
Messages: 14513
Enregistré le: Lun Déc 03, 2007 22:34
Localisation: Un peu loin des vagues, mais ça va revenir !

Re: [Boat Trip] Maldives atolls centraux Episode 2

Messagepar pipeau » Jeu Aoû 19, 2010 07:51

Tout à mon report je n’avais pas pris connaissance de topic ! Bon surf à toi PCPRL et c’est sans doute l’essentiel de mon message.

Quant au souhait d’un membre que dans un « trip surf » l’heureux voyageur ai du flat, là je tombe des nues. Je suis l’un des fondateurs de ce forum. Nous misons, travaillons, organisons tout depuis le début sur le partage d’une même passion : le surf. En quoi voyager au nom de cette passion serait il une honte ? Pourrait amener du dégout chez l’autre ? Si je vais au fond de cette réflexion le parisien loin des vagues n’a pas le droit d’aller se faire une session ? Le Bordelais ne doit pas prendre sa voiture avec ses potes faire sa petite session ? Car même minimes cela reste des voyages en un sens. A quelle distance aurions-nous le droit de partir en quête de vagues ? Mais peut être que seuls les habitants des cotes auraient le droit de surfer ?

Autre chose qui me choque : le surf serait incompatible avec rencontre de l’autre ? Voyager avec un but empêcherais tout contact humain ? Mais quel est le voyage qui n’a pas de but même le plus inconscient ? Je pense bien au contraire que certains grâce au surf on gagné en ouverture d’esprit et sont sans doute plus ouvert que le touriste moyen enfermé dans son hôtel/piscine ou encore le petit futé à la main à croiser les dix milles gusses suivant les recommandations de ce dernier. Le surf fait parti des sports, des passions où l'on peut éviter le voyage de masse.

Surfer c’est découvrir toujours plus de vagues, d’endroits, de gens. C’est l’échange autour d’une même passion. Je n’ai tripé que deux fois dans ma vie et j’ai voyagé plus que mon lot dans une première vie que certains connaissent. Et c’est avec le surf que je me suis le plus enrichi humainement. Je me suis retrouvé à prêter ma planche à des pêcheurs pour qu'ils partent le plus loin possible avec leur filet sur une plage déserte alors qu'il y'avait des vagues devant moi , au Mexique j'ai appris beaucoup de la condition des mexicains aux états unis et de ce sentiment d'attirance et de rejets des uns par rapport aux autres, j'ai donné toute ma trousse de soins à des sauveteurs bénévoles et leur remerciements valaient toutes les vagues que j'avais prises durant mon trip, ma qualité d'infirmier m'a fait prodiguer des soins simples à presque chacune de nos haltes .... Actuellement en Californie, je reviens de loin sur les stéréotypes que nous portons sur les américains et tous les jours avec mon anglais pourri je rencontre , discute avec des gens que ce soit au pic ou ailleurs...

Pour toutes ces raisons : PCPRL, bon surf à toi.
pipeau
 

Re: [Boat Trip] Maldives atolls centraux Episode 2

Messagepar zitoune » Jeu Aoû 19, 2010 22:46

chouette pipeau :D
Avatar de l’utilisateur
zitoune
Site Admin
 
Messages: 14513
Enregistré le: Lun Déc 03, 2007 22:34
Localisation: Un peu loin des vagues, mais ça va revenir !

Re: [Boat Trip] Maldives atolls centraux Episode 2

Messagepar PCPRL » Mar Aoû 24, 2010 14:18

Report - Préambule

Ce report est différent de celui que j’imaginais avant de partir.
Je le voyais avec plus de photos et de vidéos d’action.
Deux raisons à cela.
D’abord, j’étais le seul à être venu avec du matériel de photo et vidéo conséquent. Mais être devant et derrière l’objectif est impossible, à fortiori encore plus lorsque les vagues sont rares. Le choix naturel est alors d’essayer de surfer le plus possible. De plus, ma GoPro a rendu l’âme 5 jours après le début du trip.
Ensuite, les conditions n’ont pas été clémentes.
Le soleil a été absent presque 7 jours sur 12, mais c’est surtout un vent permanent et soutenu qui à ruiné la plupart des spots réputés ; nous empêchant d’en apprécier le potentiel, d’autant que la houle était présente.
Aussi, j’ai tenté de vous relater à travers mon report quotidien comment s’est déroulée notre quête des vagues Maldiviennes en l’agrémentant des photos que j’ai pu réaliser dans cet écrin fabuleux.

Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com
Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com
Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

______________________________________________
Jour 1 > 8 août > Laamu atoll > Ying Yang (sud atoll)

Réveil à 6h30 ce matin sur l’Atoll Challenger au mouillage à côté de l’aéroport de Kadedhoo, au son du moteur qui démarre pour mettre le cap sur le spot de Ying Yang.

Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

Il faut environ 40mn de navigation pour arriver en bordure sud de l’atoll de Laamu où se trouve le spot, à la pointe est de l’île de Hithadhoo. Mer d’huile et vent nul.

Image

Pendant le petit-déjeuner, Ying Yang se profile à l’horizon.
La houle est orientée sud/sud-est, ce qui pour ce spot est idéal.
Arrivés sur zone, premier check avec Anko notre guide. Il va falloir attendre un peu car la mer est au plus bas et le spot n’est pas calé.

Image

Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

Mais que faire aux Maldives dans ce cas ?!
Tenter d’aller approcher les dauphins qui tournent autour de notre bateau par exemple…
Mais peine perdue, le jeu de cache-cache va durer une demi-heure…
Nous rendons les armes et leur donnons rendez-vous plus tard car il est temps d’embarquer les planches dans l’annexe et d’aller surfer.
Une fois sur place on découvre 2 peaks. Le premier, inside, produit une vague qui déroule sur le reef et vient mourir en bordure de la passe de l’atoll, le second, outside, vient dérouler sur toute l’étendue du reef. On se met à l’eau. L’eau est très chaude, 28 ou 29 degrés, et si ce n’était pour se protéger du soleil, les lycras seraient restés à bord du bateau.
La vague, marche plutôt bien et nous choisissons le peak outside. De l’avis de tout le monde on est frise les 1,50m sur de belles séries tout juste ridées par une brise side shore. Pas de tube, mais une vague assez puissante qui déroule en droite sur une longueur d’environ 50m. Suffisamment puissante pour que l’on enregistre la première casse du trip : lors d’un bottom turn semble t-il trop appuyé, un plug FCS cède sur la planche de Patrice et c’est tout l’aileron qui part avec. Fort heureusement le second plug reste en place (dans l’après midi, une planche cassée en deux et laissée par un groupe précédent « pour pièces détachées » fournira le plug FCS ; et l’un des hommes d’équipage se chargera de réparer : notre ami pourra surfer dès demain).
Ying Yang se surfe en droite. Toutefois, je relève le défi de surfer comme première vague une gauche qui se présente et qui promet. Je profite d’un très bon ride et enchaîne 3 rollers avant de comprendre mon erreur : je dois sortir très vite de ce reef car l’eau manque un peu. Pour les vagues suivantes la leçon est retenue. De belles droites s’offrent à nous est on va se les partager pendant 1h avant de repartir à bord du bateau pour déjeuner.
L’après-midi le vent s’est levé et le plan un peu clapoteux d’eau est à marée basse . Pendant que certains partent pêcher ou faire du snorkeling…

Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

…nous décidons avec Philippe, d’aller taquiner le peak inside. On voit de loin le récif qui est hors de l’eau en fin de vague, en particulier un genre de baril qui semble planté là et qui deviendra notre point de repère pour la session.
Mise à l’eau et bonne surprise. Même à marée basse, ce peak offre suffisamment d’eau. Les vagues n’ont plus rien à voir avec le matin. On a perdu un peu en taille et en puissance et la droite est peu manoeuvrante. Ce sont en fait des sections un peu grasses et sans épaule réellement consistante qui se présentent. Des vagues pour travailler sont late take off, faire un bottom puissant et surtout rapide afin de repartir sur l’épaule tenter de taper un roller. Parfois, il est possible de repartir sur une reforme qui va mourrir très en bas de la passe le long du tombant.
On va tout de même bien s’amuser pendant une 1h30, le plan d’eau se calant un peu avec la marée qui remonte et le vent qui tombe. Vers 17h30, ce sont les raies mantas qui vont venir chasser les petits bancs de poissons bleus en surface à 10 mètres de nous. Nous voyons leurs ailes qui se recourbent au-dessus de l’eau. A 18h il est temps de sortir de l’eau remonter sur le bateau. Lors du dîner, une tortue vient nous récompenser d’un petit ballet aquatique sous les projecteurs de la poupe avant de s’enfoncer dans la profondeur du lagon. Notre trip commençe bien et tout le monde à le sourire.
Demain matin : check de Ying Yang, et si le spot est trop gros, nous filons sur Machines.

___________________________________________________________________
Jour 2 > 9 août > Laamu atoll > Ying Yang (sud atoll) puis Machines (est atoll)

Après une nuit rythmée par le clapotis de l’étrave, on se réveille devant Ying Yang sous un ciel gris. De toutes parts, les grains menacent.
Après le petit-déjeuner on file pour un check du spot. La houle est tombée par rapport à hier. On doit être à à peine 1m.

Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

Seul le peak de notre deuxième session d’hier après-midi semble offrir quelques pistes. On décide d’attendre la mi-marée haute pour aller voir ce qu’il en retourne. Les vagues sont du même style qu’hier mais plus sournoises. Le pic n’est pas vraiment calé et le danger de se faire embarquer à l’intérieur du reef est réel. C’est d’ailleurs ce qui va m’arriver dès la première vague, une série plus « solide » que les autres qui va m’entraîner vers l’intérieur près de cette patate en forme de baril décrite hier. Je me retrouve debout sur le reef, fort heureusement plus rocheux que corallien à cet endroit ; heureusement car les chaussons sont restés sur le bateau. Je dois mettre une belle énergie pour me dégager de l’endroit, car les séries qui arrivent combinées au courant de la passe qui ramène vers l’intérieur du reef… Tout cela n’est pas très friendly.
La session est sans interêt sinon celui de travailler sa rame et son canard alors et je sors rapidement tandis que mes compagnons s’acharnent mais sans succès.
Après le retour sur le bateau, il faut faire un choix. Une alternative se présente à nous et elle est basée sur le fait suivant : quand Ying Yang marche fort (par houle de sud-est), tous les autres spots situés sur l’est de l’atoll marchent (Refugee, Machines, Bedhuge). Pour l’instant, Ying Yang ne marche carrément plus du tout, c’est quasiment flat.
Que faire ? Certains préconisent de rester sur zone et d’attendre que Ying Yang remarche et de décider alors si l’on va sur les autres spots. D’autres dont je suis souhaitent plutôt mettre à profit ce temps mort pour accomplir les 90mn de mer qui nous séparent de Machines tout en sachant qu’une fois sur zone il n’y aura pas plus de swell qu’à Ying Yang. Finalement c’est la seconde option qui est choisie.

A 14h on enclenche la marche avant toute pour Machines sous un ciel menaçant.

Image

A l’arrivée dans la passe de Refugee, le spectacle est celui-ci : Refugee’s Right et Refugee’s Left se réduisent à deux forts jolis petits tubes de 50cm chacun déroulant sur un reef qui semble à fleur d’eau. Direction Machines. C’est pire. Tout juste une ondulation. Mais de façon totalement surréaliste, un groupe de trois Australiens arrive juste au moment où nous passons pour surfer (?) en shortboard les moins de 50 cm qui déferlent et viennent mourir sur un reef à 30 cm hors de l’eau.

Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

Après ce check, retour à la passe de Refugee par l’intérieur de l’atoll. Le bateau se met en panne et tandis qu’un groupe se prépare pour aller faire du snorkeling je me dis que j’irais tout de même bien voir ce que vaut la gauche qui semblent un petit peu plus formée que la droite. Je ne vais même pas me lever une fois…
Je refuse le take off sur la première vague qui ferme et là je me retrouve tout simplement les pieds sur le reef, de l’eau aux genoux. Je veux remonter au peak (ou ce qui lui ressemble) mais là un courant irrésistible m’entraîne à l’intérieur de la passe dans l’atoll. J’y retrouve mes compagnons partis plonger. Retour dans l’annexe pour tout le monde et direction le bateau.
Le bateau remet le cap sur Machines, enfile la passe et mouille à l’intérieur de l’atoll, à l’abri avec vue sur Machines. On se sépare en deux : un groupe part faire de la plongée, l’autre par pêcher à la ligne. L’après-midi se termine ainsi.
Avant le dîner, le ciel devient noir et un grain surpuissant nous tombe sur la tête.
Un vent fou se lève d’un coup et nous sommes obligés d’attacher les planches sur leur rack avec les leashs. La page du Stormrider Guide consacrée aux atolls centraux file à la mer, on ferme les écoutilles et on se replit à l’intérieur en se disant que la nuit va être agitée.
Mais enfin, cette journée sans surf m’a donné l’occasion d’avoir une longue discussion avec Manik notre capitaine.

Image

On parle de chose simples comme d’où vient l’eau douce que boivent les 150.000 Maldiviens répartis dans les innombrables îles. J’apprends qu’il y a de nombreuses nappes phréatiques qui produisent l’eau consommée, et que l’eau de pluie sert à se laver. J’apprends aussi que chaque île habitée possède sa propre école, ce qui signifie un nombre inimaginable d’établissement scolaires. Il me raconte aussi comment il a vécu le tsunami de 2004 lorsque la vague s’est arrêtée au pied de sa demeure située à 20m de la plage, toute la famille étant réunie au milieu de la maison sans endroit où aller s’habiter. Cela reste un traumatisme profond pour toute la famille, en particulier les enfants.

Notre second jour de trip s’achève. Mise à part notre session matinale du jour 1, pas grand-chose à se mettre sous les pieds. Il devrait pleuvoir encore pendant 2 jours. Mais on annonce une poussée de swell pour demain matin alors nous espérons pouvoir surfer Machines à mi-marée.

_______________________________________________
Jour 3 > 10 août > Laamu atoll > Machines (est atoll)

Ce matin je m’accorde une grasse matinée après une nuit de sommeil hachée car le plan d’eau a été agité. Le mouillage à l’intérieur de l’atoll de Laamu dans sa partie est n’est pas ce qui se fait de mieux car il n’y a aucune île proche à l’ouest de notre position pour arrêter le vent et le clapot. On va s’en rendre bien compte plus tard dans la journée…
Évidemment en me levant à 10h je rate le breakfast et potentiellement la première session matinale de surf… Mais en fait pas du tout, car de surf il n’est pas question aujourd’hui ; mais plutôt de nuages bas, de vent et de grains et de mal de mer.

Image

Image

Machines et son opposite en left se refusent toujours à nous. La droite est toujours xsmall et la gauche qui elle est juste small (!) a une fâcheuse tendance au close out immédiat.
La matinée sera donc consacrée au visionnage de films à 50cts d’€ en provenance du Maroc et de Bali et le moment pour chacun de raconter son expérience de surfer.
Devant ces piètres conditions la question revient après déjeuner de savoir ce que l’on fait l’après-midi. Notre guide nous recommande de partir sur Thaa afin d’y attendre un swell de sud-ouest. Le groupe est à nouveau divisé car d’autres reçoivent des prévisions par SMS annonçant une poussée de houle de sud-est. Bref, tout est un peu confus car les prévisions sont assez changeantes en cette saison, comme le vent qui tourne en permanence.
Sur le coup de 16h je crois voir depuis notre mouillage, que Machines s’est un peu formée par rapport au matin. Je décide donc d’aller checker sur place ; « au cas où… » Fort heureusement Anko notre guide me persuade d’attendre car un grain énorme nous arrive droit dessus par le nord-ouest.

Image

En l’espace de 5mn le vent va passer à force 6, la visibilité presque nulle autour de nous et un clapot incroyable va se former sur notre mouillage.

Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

Il faut vite monter sécuriser les boards et les transats sur le sundeck. Devant la force du courant qui peut nous entraîner de l’intérieur vers l’extérieur de l’atoll sur le reef de la passe, le capitaine fait relever une ancre et va passer une heure à soulager la seconde avec le moteur. Les conditions sont vraiment mauvaises et le bateau est copieusement secoué sur ses deux axes. Nous sommes condamnés à attendre que ça passe car il n’y a pas d’autre mouillage et aux Maldives les bateaux de touristes ne prennent pas la mer de nuit. La nature va donc nous faire comprendre pendant 3h que c’est elle qui est aux commandes. Si notre capitaine reste imperturbable, notre cuisinier lui est pris par le mal de mer et rend ses tripes. On ne le reverra pas de la soirée. Nous prenons tous une pilule de Notamine en prévention, et fort heureusement aucun de nous n’est malade. Un bon plat de spaghettis viendra plus tard nous lester l’estomac.
23h : le vent s’est calmé, mais le mouillage reste agité. Tout le monde va se coucher.
On quitte demain Laamu dès le lever du soleil pour Thaa. On espère que le surf va vraiment commencer.

_____________________________________________________
Jour 4 > 11 août > Thaa atoll > Mikado et Finimas (sud atoll)

La nuit a été très agitée car le bateau a continué d’être secoué par les restes du coup de vent de la soirée.
Le Ramadan a commencé aujourd’hui. Le capitaine et son équipage se sont levés à 3h du matin pour petit-déjeuner. Pour ma part je suis debout à 5h en espérant voir mon premier lever de soleil sans nuages. Hélas, le ciel est toujours gris sur Laamu.
Comme décidé hier, le capitaine commence à remonter les ancres dès 6h et nous appareillons pour l’atoll de Thaa 45mn après pour 3h de navigation.
Après 1h de mer nous arrivons en vue de la bordure nord-ouest de l’atoll à la passe de Vadinolhu (Vadinolhu Kando) à proximité de laquelle le capitaine met en panne afin que nous puissions prendre le petit-déjeuner. A 200 mètres de nous les deux îlots inhabités de Vadinolhu et Thundudhoshu Finolhu, simples anneaux de sable emplis de cocotiers et arbustes ; et bordés d’une eau qui va du vert clair translucide au bleu foncé. En passant entre ces morceaux de terre vierge chacun d’entre nous et muet devant cette vision de paradis.

Image

2h plus tard nous entrons dans la passe Kanimeedhoo (Kanimeedho Kandu) pour aller mouiller 50m de l’île de Kanimeedho. C’est à la pointe de cette île que se situe le spot de Mikado.
Pour l’instant, outside Mikado offre de belles lignes mais qui ont une fâcheuse tendance à fermer systématiquement.
Certaines passent.

Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

Mais ce que nous en voyons confirme que la vague est très rapide. Quant à Mikado Inside, le spot ne marche pas du tout.
On décide donc d’aller tenter notre chance sur la gauche de Finimas, de l’autre côté de la passe, à la pointe sud de l’île de Fonaddoo. La vague est trompeuse car beaucoup de sections semblent devoir fermer alors qu’une fois le take-off réalisé il est possible de réaliser un ride qui doit être très rapide et maîtrisé car la vague avance très vite. Il faut chercher la vitesse avant les manœuvres. On va rester 1h à prendre de bonnes sections à un peu plus de 1m avec comme panorama la plage de sable fin et les cocotiers. On se dit que même si le spot n’est pas à son meilleur, nous sommes loin d’être malheureux.
L’après-midi, Mikado n’est toujours pas surfable ; retour sur Finimas. Mêmes conditions que le matin à ceci près que le peak est un peu incertain et que la lecture des vagues et encore plus difficile. Il y a pourtant des séries de belle taille, mais trop souvent un close out à la clé. Une session très moyenne avec peu de vagues prises ; on sort de l’eau au couchant pour aller se jeter sur le dîner car on a beaucoup ramé.
Une première journée de surf sur Thaa très moyenne. Mais dans un cadre absolument magnifique : du sable blanc et des cocotiers en pagaille et un bateau tout juste bercé par un léger clapot.
Mais Capitaine Manik nous promet le beau temps pour le lendemain et l’arrivée du swell qui devrait enfin faire marcher un Mikado digne de ce nom. Wait and see.

______________________________________________________
Jour 5 > 12 août > Thaa atoll > Mikado et Finimas (sud atoll)

Réveil à 6h sur Thaa. Toujours ce même ciel voilé en altitude et cette brise déjà bien établie qui promet de forcir en cours de journée.
Avec Patrice, nous obervons inside Mikado depuis le sundeck du bateau. C’est la pleine marée basse et le reef est hors de l’eau. Inside Mikado est un peu à l’image de inside Ying Yang : une vague qui vient s’enrouler autour d’un reef en arc de cercle. Les vagues ne paraissent pas grandioses, mais des séries de 3 à hauteur respectable se présentent régulièrement.
A 7h nous sommes sur ce qui tient lieu de peak en compagnie d’un Australien venu d’un autre bateau amarré à quelques encablures. Les intervalles sont assez longs et les séries contrariées par le courant sortant de l’atoll vers le large.

Image

Le courant est presque à angle droit avec les séries. On est loin du Grand Mikado et chacun de nous va prendre 2 ou 3 vagues ; au prix de longs efforts de rame afin de se dégager du courant qui veut toujours nous ramener vers le reef à la fin de nos vagues. Il faut absolument être vigilant à cela car terminer sur le reef ici ne pardonne pas à ce moment de la marée. Nous sortons au bout d’une heure, quelques peu dépités par l’entame de journée.
Pendant le petit-déjeuner nous observons Finimas, la gauche prometteuse de la veille. La houle est sud-ouest et rentre à plein, et le vent est off-shore. Nous sommes mouillés à environ 1km à vol d’oiseau mais voyons déferler des séries qui nous paraissent pêchues.

Image

Image

Vers 11h nous décidons avec Fabrice d’aller voir de plus près. Le swell est là. De solides sections d’environ 5 pieds arrivent régulièrement.

Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

Malheureusement, il est impossible de rester au peak : le courant sortant de la passe est très violent et nous entraîne au large. On va donc voir les vagues… de derrière. Mais même depuis l’arrière nous arrivons à discerner les murs qui déferlent. Retour sur l’annexe au bout de 20mn et on retente inside Mikado. Le vent s’est levé à force 4 et là également le courant ajouté au clapot ruinent le spot.

Image

Retour bateau et déjeuner.
Après déjeuner, ballade le long du rivage sur Thaa.
Image

Image

Cette poudre est composée de diverses épices, fruits et végétaux. On la consomme après chaque repas pour avoir une haleine fraîche. On en dépose une pincée sur une fine lamelle de noix d’Areca séchée et on croque. J’ai testé. La première impression est qu’elle est fortement mentholée, puis après vient un goût sucré. C’est très agréable.
Image

Devant cette cabane de pêcheurs, on joue parfois au cricket…
Image

Je prends quelques clichés de outside Mikado qui ouvre bien mais c’est globalement insurfable car close out systématique sur reef shallow.
Image

Image

Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

Cette ballade est l’occasion de constater à nouveau ce que j’ai remarqué sur les autres îles : l’incroyable abondance de détritus en tout genre : bouteilles, jerricans et d’autres produits plastique, boîtes de conserve, bouteilles en verre, bouées, détritus ménager et ordures. Je vais même trouver un vélo, des W.C, un égouttoir géant, un fauteuil club ! Tout cela n’est visible qu’une fois à terre car caché à l’orée du sous-bois là où la marée, ou les habitants, le dépose. Un cruel rappel de la réalité qui est que les Maldives ne sont pas que des resorts de luxe hyper clean mais avant tout une multitude d’îles habitées ou inhabitées touchées de plein fouet par la pollution engendrée par l’homme parfois à des milliers de kilomètres de là.
Mikado et Finimas étant insurfables en ce milieu d’après-midi, nous décidons d’aller checker Adonis, à 20mn de notre position. Le spot est à la pointe sud-est de l’île de Veymandhoo. Il tient son nom du bateau du même nom qui sombra ici en juillet 1835. En chemin nous croisons un espadon en pleine chasse, sa voile déployée hors de l’eau ; ce qui est très rare. Adonis, est bien mieux protégé du vent de secteur nord-ouest et nous découvrons un plan d’eau juste ridé par le vent atténué. Nous distinguons 3 sections parallèles bien décalées l’une par rapport à l’autre, ouvrant longuement en droite avec quelques possibilités de casquette. Une section face à la pointe, et une section de chaque côté de celle-ci. Plusieurs possibilités donc. Le contraste est saisissant avec Mikado et Finimas. Vu l’heure on se surfera pas là aujourd’hui, mais de retour sur le bateau, nous levons l’ancre à 16h30 pour venir au mouillage de Veymandhoo. Il ne nous reste qu’à espérer que les conditions se maintiennent demain afin que la mi-marée de 11h nous apporte les instants de surf que nous attendons depuis plusieurs jours. Il nous reste 7 jours de trip et pour l’instant le compteur de vagues n’est pas déclenché.

_________________________________________________________________________
Jour 6 > 13 août > Thaa atoll/Dhaalu atoll > Adonis (sud atoll) et Hadigilla (sud atoll)

Aujourd’hui vendredi 13, peut être notre jour de chance. Dès 6h, nous sommes debout pour un check sur la droite d’Adonis vue la veille.
Le vent est déjà bien établi. Le spot est bien abrité de ce vent modéré de nord-ouest et le plan d’eau est un peu ridé. La section outside marche assez bien en taille, probablement vers 6 pieds sur les plus grosses séries. On est 1h avant la marée basse et le reef est déjà bien sorti en fin de vague.
On se met à l’eau mais on se rend compte assez vite que la vague est très technique. Le take off est très late et en plus il ne faut pas aller chercher à creuser un bottom sous peine de se faire barrer la route par une mini section qui ferme. Il faut partir directement en haut de vague pour passer la section et retrouver la partie de la vague qui déroule. Cette vague est vraiment très rapide !
Retour au bateau vers 8h30 pour le breakfast. On est attablé à l’arrière depuis 15mn quand un grain arrive. Il est plutôt léger, donc pas d’inquiétude. Mais en un instant on passe de l’averse au coup de vent. Je monte en catastrophe sur le sundeck attacher les boards sur le rack. Alors que je suis en haut, j’entends une cavalcade de couverts et de vaisselle qui tombent à terre. Je redescends et je trouve toute la vaisselle du petit-déjeuner et son contenu répandu sur le sol. Thè, café, tartines… Absolument tout est par terre. Il n’y a plus un seul verre, ni une seule assiette intact. Alors que je suis dans la coursive latérale, je vois arriver vers moi à toute vitesse une table et une chaise en provenance directe du pont avant que j’arrive à arrêter avant qu’elles ne finissent dans l’eau . Le matelas d’un transat passe par-dessus bord et fait un vol de 30m avant de terminer dans les rochers. Quant au bateau, les deux ancres ont dérapé et nous sommes à 25m d’un haut fond.

C’est la totale panique pour l’équipage qui hurle ; seul le capitaine garde son calme.
Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

Au bout de 10mn le vent baisse, la pluie s’arrête et il fait beau (!).

Image

Image

A 12h, après un second petit déjeuner nous levons l’ancre pour l’atoll de Dhaalu et le spot de Hadigilla. Le spot est situé à la pointe sud-est de l’île de Kudahuvadhoo, en bordure de la passe de Kudahuvadhoo Kanduolhi. Je me fais expliquer l’origine du nom du spot par Anko notre guide : il vient d’un surfer nommé « Gilli », qui passait son temps à surfer cette droite sans jamais se laver. « Hadi » signifie « sale » en Maldivien. That’s why…
A notre arrivée le vent est modéré side shore et la houle de sud/sud-ouest. On se met à l’eau rapidement pour une session de fin de journée. On découvre une droite d’environ 4 pieds avec un take off facile, une jolie ouverture, parfois une reforme qui recreuse bien pour aller mourir au bout du reef.

Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

Bref, enfin une vague exploitable, certes moins puissante qu’à Finimas ou Adonis, mais sans courant ; avec juste un peu de clapot. On se relaie à 3 pendant 45mn avant le coucher du soleil.

Image

Le bateau est mouillé à proximité avec vue directe sur le spot. Rendez-vous est pris demain pour une session dès 6h30, en espérant que les conditions se maintiennent…

Ce vendredi 13 on est à la moitié du trip. Pour l’instant, c’est plutôt la déception qui l’emporte. Pas une seule journée de grand ciel bleu depuis notre départ, un vent soutenu permanent et des spots souvent insurfables car dégradés par le vent ou les courants. Nous ne sommes pas désoeuvrés. Il nous reste le snorkeling (à 20m de la plage le monde sous-marin est déjà superbe) ; mais aussi la découverte à pied des îles débordantes de cocotiers et tout simplement la vue de eau d’un vert clair et translucide absolument fabuleux associé au sable fin et blanc. Mais hélas, le surf, objet principal du voyage fait défaut.

_______________________________________________
Jour 7 > 14 août > Dhaalu atoll > Hadigilla (sud atoll)

Aujourd’hui, nous entrons dans la seconde moitié du trip ; plus affamés de vagues que jamais. Dès 6h30, nous sommes tous à l’eau au soleil levant. La taille a un peu baissé mais reprend un peu sur quelques séries. Nous sommes 6 à l’eau pour des sets de 2 à 3 vagues, chaque set espacé d’environ 5mn. Il faut un peu jouer des coudes notamment avec notre collègue Patrice qui, équipé d’un biscuit en 6’8, a l’engin idéal pour les quelques vagues que nous avons eu jusque là. Il est celui qui part le plus à l’intérieur et va le plus loin. Je vais prendre mes 3 vagues… en 1h (!) dont une fort belle qui me met la banane.
A 9h la marée est basse mais le spot reste praticable avec de l’eau. Hélas, la taille et la fréquence n’y sont plus.

Image

Alors que nous finissons le petit-déjeuner, un grain arrive et va établir un vent fort side shore qui ruine le plan d’eau pour le reste de la journée. Le surf est fini pour aujourd’hui.

Ma compagne est moi partons à terre pour une ballade de 2h autour de Kudahuvadhoo. Le village est organisé en petites ruelles le long desquelles les maisons sont alignées.
Comme dans toutes les Maldives, la maison est bordée par un mur d’enceinte très haut qui empêche de voir la cour intérieure. Ces murs sont réalisés de blocs de corail scellés par un mortier sommaire. Avec le temps, le tout noirci ; on le voit à droite de cette photo.

Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

Image

Sur les îles habitées, on chacun est propriétaire d’un ou plusieurs cocotiers disséminés un peu partout, qu’il marque. Seul le propriétaire a le droit d’en cueillir les fruits.
Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

De quoi s’agit-il ? D’une institution dans les Maldives. Sur un cadre métallique incliné, on accroche une assise en cordage tressé. Cette version Maldivienne de la chaise longue peut être collective comme ici, ou individuelle. On en trouve partout dans chaque île. Mais attention, là encore chacun possède la sienne et c’est son privilège de s’y asseoir le soir pour méditer en regardant la mer.
Image


Nous faisons fuir les habitants…
Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com


On croise au détour d’une ruelle, un mur fait en parpaing et enduit puis peint d’une couleur vive mais c’est très rare. Notre guide nous explique qu’ici chacun est propriétaire de sa demeure. On remarque rapidement la présence de nombreuses citernes de récupération d’eau de pluie (chaque maison dispose de la sienne) sur lesquelles sont apposés les logos de nombreuses ONG.
C’est le ramadan donc le rythme de la vie est ralenti. Nous débarquons à l’heure de l’appel à la prière par le muezzin. D’une façon générale, la vie est assez paisible ici. On vit de pêche, de culture vivrière, de l’élevage de quelques moutons ou de poulets.

Le fruit de l’arbre à pain, arbre immense très répandu sous les tropiques. Il est de la même espèce que le châtaignier. Se consomme de différentes façons.
Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

Le Banyan Tree
Image

Et la Papaye qui aux Maldives se consomme uniquement en fruit.
Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

Les habitants ne voient pas souvent de touristes car il n’y a pas de resort luxueux à proximité, aussi nous sommes un peu observés. Il est important dans ces îles non touristiques de respecter les croyances et de se vêtir en conséquence par respect. Nous arrivons au port de pêche à l’heure où les bateaux rentrent. Le poisson est à 99% de la bonite (ou petit thon) ; et l’achat du poisson est l’affaire des hommes. Chacun repart donc avec un poisson accroché au guidon de sa motocyclette.
En faisant le tout de l’île par le rivage, nous sommes à nouveau frappés par l’amoncellement de détritus de toutes sortes. C’est au delà de l’imagination. Ce qui frappe c’est qu’il en y a partout et n’importe où. Il n’y a pas un endroit défini où chacun dépose ses rebus.
Si Malé la capitale est dotée d’une « île poubelle » sur laquelle sont traitées les ordures des resorts, ces îles ont un réel problème de traitement des détritus et je m’interroge sur le futur de ces habitants. La moitié de la population Maldivienne vit en dehors de Malé, sur des îles comme celles-ci. Que va devenir l’habitat de ces gens si cette question n’est pas prise à bras le corps ?
L’autre partie du groupe part pêcher à la traîne et nous ramène un poisson dont l’espèce nous est inconnu mais que notre chef Sri Lankais va nous préparer en carpaccio assaisonné de gingembre et d’ail en guise de mise en bouche. Un vrai délice !
Image

Ce soir j’ai une longue conversation avec Anko, notre guide de 18 ans. Il est de plus en plus difficile pour les jeunes de sont âge de concilier la foi en l’Islam qui est le pilier de la république Maldivienne et les assauts de la culture occidentale. Il est lui d’ailleurs, plutôt regardé « de travers » par ses compatriotes : il a les cheveux longs, est en short et torse nu avec des bracelets tressés au poignet. On le prend pour un « junkie » nous dit-il. D’ailleurs, lors de notre promenade sur l’île, tous les hommes que nous voyons portent un pantalon, même les pêcheurs, et les femmes sont toutes voilées (mais leur visage reste visible car le voile intégral est proscrit). Un vrai choc des cultures que le gouvernement fait tout pour contenir en ne favorisant pas le tourisme « sac à dos » et en misant tout sur les resorts de luxueux dont les touristes sortent peu ou pas du tout.
Cet après-midi, ma compagne investit la cuisine du Chef afin de réaliser un gâteau au chocolat. Notre cuistot Sri Lankais sera donc son assistant et ses yeux sont grands écarquillés lorsqu’il la voit faire. Pendant le Ramadan, la rupture du jeune doit se faire avec quelque chose de sucré. Nous réservons donc la moitié du gâteau à l’équipage et je crois qu’ils sont tous touchés par le geste.
La soirée de se termine en partie de pêche depuis le pont du bateau et par l’observation d’une « fruit bate » (ou « fly fox » ; ou pour faire simple une chauve-souris à tête de renard qui est frugivore) qui s’intéresse de très près à notre régime de bananes… Nous en avons déjà croisé une l’après-midi dans un champ de pastèques et l’animal est impressionnant avec ses plus de 50cm d’envergure et sa tête poilue. D’ailleurs ici, on appose sur les pastèques mûres une cloche en métal tressé afin de les protéger.

Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

Demain matin, on espère une session matinale avant de partir pour l’atoll de Meemu.
Modifié en dernier par PCPRL le Dim Aoû 29, 2010 22:06, modifié 3 fois.
Team des Imprudents
PCPRL
 
Messages: 264
Enregistré le: Mer Aoû 05, 2009 10:44
Localisation: Sur une dalle qui tuyaute
Nombre de sessions: 0

Re: [Boat Trip] Maldives atolls centraux Episode 2

Messagepar PCPRL » Mar Aoû 24, 2010 14:24

__________________________________________________________________________
Jour 8 > 15 août > Dhaalu atoll/Meemu atoll > Hadigilla (sud atoll) puis Muli (est atoll)

Le swell a quitté Hadigilla ce matin mais pas le vent qui dès 3h du matin a recommencé à lever un clapot infernal sur notre mouillage.
A 9h, nous levons l’ancre en direction de l’atoll de Meemu. L’entrée dans l’atoll de Meemu se fait pas la passe sud-ouest de Kurali Kandu ; puis nous remontons pas la bordure intérieure est de l’attol afin de parvenir à notre mouillage à 13h30, devant l’îlot de Maalhaveli à droite de la grande île de Muli.

Image

Image


Le vent, off shore pour le spot de Muli, est très soutenu et la houle de sud/sud-est.
Embarquement des planches dans l’annexe ; on passe par le port de Muli en direction de Muli situé devant l’îlot de Boahuraa .
Muli inside est ruiné par le vent, le clapot et le courant de la passe.
On oublie et on continue pour constater que Muli outside est mieux.
J’ai pris la board mais je choisis de me mettre à l’eau avec le caméscope et son caisson aquatique pour filmer les collègues.
À nouveau on joue de malchance. 1 vague sur 2 ferme, sur des séries de 3 vagues. La houle se présente parallèlement au reef est le close out est quasi systématique. Mes compagnons d’infortune ont toutes les peines du monde à prendre leurs 3 ou 4 vagues chacun avant de sortir au bout de 1h sous le grain qui s’abat sur nous. Le plus frustrant est que la taille est là ; aux alentours de 4 pieds.
Retour bateau. Une énorme tortue vient respirer en surface à 4m du bateau. J’attrape masque et tube et je saute à l’eau… mais la belle s’en est allée en une fraction de seconde.
En passant par l’arrière, je remarque une corde d’amarrage qui s’est enroulée autour de l’arbre de l’hélice ; probablement pendant l’une de nos navigations. Avec le second du bateau nous nous munissons de couteaux et allons mettre 20mn à retirer ce cordage.
Mis à part notre guide et le capitaine, les autres membres ne parlent pas anglais. Nous aurions sûrement plein de choses à nous dire mais la langue fait obstacle malgré les quelques rudiments échangés. Mais on arrive à se comprendre.
Mauvais surf aujourd’hui encore. Mais enfin tout n’est pas perdu : en 2h de temps nous avons vu un ballet de raies manta, une tortue et une troupe de dauphins, tout ceci dans un rayon de 5m autour de nous.
Demain matin, on espère une session matinale sur Muli ; ou peut être pour moi qui suis goofy sur Veyvah, la gauche.
Ah, j’oubliais… On n’a pas vu le soleil aujourd’hui…

__________________________________________
Jour 9 > 16 août > Meemu atoll > Muli (est atoll)

Enfin !
Enfin, une bonne demi-journée de surf. Le matin le check de Muli, Veyvah et Mulha sont négatifs. C’est la marée basse et c’est close out sur toutes les barres avec une houle qui se maintient vers 4 pieds.
Retour bateau pour le petit-déjeuner. Un groupe par pêcher à la traîne, un autre part faire du snorkeling.
Pour ma part, je vais sur l’îlot de Maalhaveli pour une séance de photo, puis une sieste matinale de une heure seul au monde sur le sable blanc, la tête appuyée sur un tronc de cocotier sculpté par la mer.

Image

Image

Image

De retour sur le bateau je découvre un ustensile fort intéressant qui permet d’extraire la coprah de la noix de coco… la bonne vieille chignole du grand-père.
Image

En cette période de Ramadan, l’équipage fait une consommation importante de noix de coco sous forme de jus pour rompre le jeûn et la chair et utilisée pour la préparation des plats que nous dégustons. Comme par exemple le Mas Huni qui est le petit-déjeuner typique Maldivien : de la chair de thon mélangé à de la noix de coco fraîchement râpée assaisonné de diverses épices.
L’après-midi on sent que les conditions changent. Le soleil fait son apparition, et le vent soutenu se transforme en une légère brise.

On « le sent bien ». De jolies vagues en face de notre mouillage.
Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

Sentant qu’il faut profiter du moment, je prépare le matériel photo et vidéo dans l’optique d’aller m’installer en haut de la balise lumineuse qui marque l’entrée de la passe de Muli.

Je débarque au port de Muli puis je marche jusqu’à mon point d’observation.
Image

Une fois installé à 15m de haut sur la plate forme, la vue est imprenable sur outside Muli.
Image

Image

Image

Séquence aspiration…
Image


Mes compagnons de trip sont au line up. Mais ils ont pris une option trop outside par rapport à un autre groupe de surfers qui s’est positionné lui à gauche de la balise sur laquelle je suis.
Ce sont essentiellement des long boarders qui scorent déjà bien sur de jolies droites, parfois bien tendues, qui vont ouvrir de plus en plus avec le montant.

Image
Image
Image
Image
Image
Image

Pendant 1h30, je shoote en photo et vidéo les deux groupes.

Image

Belle séquence pour Tarik, notre marocain du bateau.
Image
Image
Image
Image
Image
Image


A 16h30 je suis de retour au port où je saute dans l’annexe qui m’attend avec ma planche et va me déposer au peak. Je retrouve l’autre groupe de surfers dont j’apprends qu’ils sont néo-zélandais. Ils sont très sympa et on discute un peu.
Il y a une belle taille sur les plus grosses séries, peut être 6 pieds, une proportion a quand même tendance à fermer ; il faut donc choisir attentivement son set d’autant que nous sommes quand même une dizaine au peak. Ce n’est pas le gavage en règle mais après ces jours de disette cela fait du bien d’en prendre quelques unes d’autant que celles qui ouvrent emmènent très loin.
On fini la session entourés de raies mantas qui chassent autour de nous. La faune marine est incroyable ici, et elle est peu farouche.
A 18h on sort de l’eau avec le sourire et on retourne à notre mouillage… pour constater avec horreur que nos collègues néo zélandais viennent mouiller juste à côté de nous !
Il va falloir jouer des coudes pour la session matinale de demain.
Zoom sur le serveur du bord qui est un expert dans le pliage de la serviette en papier. Il se plie en quatre pour nous sortir une forme différente chaque soir. Il est accessoirement champion du grimper de cocotier à 1m/s, record à battre.

__________________________________________________________________________
Jour 10 > 17 août > Meemu atoll/Vaavu atoll > Muli (est atoll) puis Felidhoo (est atoll)

Enfin !
Enfin Muli s’offre à nous tôt ce matin.
Dès le réveil on sent quelque chose est différend : il n’y a pas un souffle de vent et le soleil et là. Sur la barrière de corail en façe de notre mouillage, il y a moins de taille qu’hier.
Le temps d’avaler une barre de céréales et nous sautons dans l’annexe pour filer sur le spot.
Arrivés sur place nous retrouvons nos collègues néo- zélandais qui ont le visage fendu par un large sourire.
On comprends pourquoi.
Image

Je compte quinze surfers au peak mais il y a des vagues pour tout le monde et entre les séries on discute avec les gars de l’autre bateau. Ils font le même trip que nous mais dans le sens inverse, ils descendent vers le sud. Ils sont une quinzaine de gars.
Je rentre dans l’eau à 8h30 pour en sortir à 11h. C’est un vrai plaisir de surfer cette vague dans ces conditions. Sur les meilleures séries, on descend très loin et la vague vient mourir dans la passe de l’accès à l’atoll. On peu alors repasser par l’extérieur pour remonter au pic sans faire de canard mais en ramant tout de même au moins sur 100m.

Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

Bref, c’est la session de rêve, rendue encore plus idyllique par la présence au peak d’une tortue qui vient respirer à côté de nous. Que du bonheur. Je suis absolument épuisé quand je sors de l’eau et complètement mort de faim car je n’ai rien dans le ventre.
Sur la fin de la matinée, la taille tombe encore et les séries se font plus rares.

C’est l’heure pour nous de lever l’ancre afin d’entamer notre remontée vers Malé car notre trip prend fin dans deux jours.
Image

Image

On laisse dernière nous la droite de Mulha qui marche aussi.
Image

Direction l’atoll de Vaavu à 4h de mer où nous allons faire halte pour 24h.
Image

Pas de surf du Vaavu, on y arrive vers 16h pour un mouillage devant l’île de Felidhoo.

Snorkeling à volonté jusqu’au coucher du soleil.
Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

Ce poisson volant sait tellement bien voler qu’il atterrit sur le pont du bateau. Il file aussi sec au congélateur.
Image

Ce soir on sort ! Nous allons à terre assister au Boduberu : un spectacle de danse et chant traditionnel Maldivien qui puise ses racines en Afrique. Les instruments sont 4 tambours à deux peaux opposées, une longue baguette sur laquelle sont assemblées ce qui ressemble à des castagnettes, ainsi qu’une paire de maracas.Le chanteur commence par psalmodier quelques paroles lentement, puis le rythme et le chant vont en s’accélérant jusqu’à devenir effrénés et répétitifs afin de conduire musiciens et auditoire jusqu’à un état de transe. On ne va pas jusque-là ce soir, mais force est de constater que cela est très entraînant et que dans la petite salle d’école qui sert de scène, le bruit et la chaleur prennent vite à la tête et aux tripes. Rendez-vous dans la vidéo pour voir cela…
Demain on met le cap sur l’atoll de sud Malé afin d’y être en début d’après-midi. Nos dernières deux demi-journées de surf approchent et on espère pouvoir s’en mettre plein les mirettes et sous les pieds avant le retour sur la terre ferme.

________________________________________________________________________________
Jour 11 > 18 août > Vaavu atoll/South Malé atoll > Felidhoo (est atoll) puis Riptides (est atoll)

Image

Image

Ce matin, session de snorkeling matinale sur Vaavu dès 7h, avec le secret espoir de voir quelques manta. Les rayons du soleil éclairent déjà bien le tombant mais pas de raies en vue.

Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

On fait le plein de poissons multicolores pendant une heure puis à 9h30, l’Atoll Challenger lève l’ancre pour l’atoll de Malé Sud.

En chemin, construction d’une plage artificielle pour touristes fortunés…
Image

Notre Capitaine nous montre comment réparer un cordage coupé en deux.
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image

Entrée dans l’atoll par la passe de Hathikolhu Kandu et remontée le long de la partie est de l’atoll pour arriver à 13h30 devant l’île de Guraidhoo. C’est là que se trouve le spot de Riptides. Il s’agit d’une patate de reef de moins de 100m de large qui se trouve en plein milieu de la passe de Guraidhoo Kandu.

C’est venté, clapoteux, pas bien haut et marée basse.
Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

On décide d’aller checker le spot de Gurus à 30mn de là. Mêmes conditions. Retour donc à Riptides où on va tout de même se mettre à l’eau au montant. Le spot n’a pas vraiment changé d’aspect mais quelques petits bouts de moins de 1m se présentent de temps en temps. Donc on se fait plaisir à tour de rôle. C’est petit, c’est fun, ça déroule un peu en droite pour s’affaisser et recreuser un peu… et à la fin de la vague on à de l’eau à mi-mollet…

Il y a aussi une autre toute petite droite de l’autre côté de la passe. A priori pas surfable.
Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

17h, retour au bateau pour partir à l’abri au mouillage.

Les dauphins nous régalent de leurs pirouettes pendant le trajet.
Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

Le Dhoni, traditionnelle barque Maldivienne.
Image

Demain c’est la fin du trip. MSW annonce une hausse de la houle, mais la période et le vent ne sont pas très favorables. On espère quand même se faire une bonne session avant de refaire les boardbags pendant le retour à Malé.

Image


_____________________________________________________________________________
Jour 12 > 19 août > South Malé atoll/North Malé atoll / Riptides (est atoll) puis Hululmalé

Image

Notre dernier jour à bord de l’Atoll Challenger. Et dès le check du sunrise on sait que ce sera une nouvelle journée sans surf.
Il n’y a aucune houle surfable et on se demande où sont les 4 pieds annoncés par MSW la veille.
On va donc prendre tranquillement notre petit déjeuner sur le pont arrière en regardant déferler un Riptides minuscule, clapoteux et venté.

Image

La journée va donc se passer entre snorkeling et ballade dans le village de l’île de Guraidhoo. J’y passe une bonne heure à aller d’une ruelle à l’autre. C’est le moment de la prière donc c’est plutôt désert. La grande majorité des hommes prient pendant que les femmes vaquent à leur tâches quotidiennes. Toute cela dans le calme et la quiétude. Nous parviennent parfois par dessus les murs d’enceinte des maisons, les récitations de sourates du Coran par les enfants. Chose curieuse pour un occidental, ici les enfants apprennent le Coran en Arabe mais ne comprennent pas la langue m’explique Anko. Il s’agit simplement d’être capable de réciter les passages demandés. L’appel à la prière se fait en arabe alors que personne ne le comprend parmi la population.

Image

Image

Image

Image

Chantier de construction d’un Dhoni.
Image
Image
Image

Murs de corail.
Image
Image
Image

Au déjeuner, c’est la séance photo avec le Capitaine et son équipage. Ils ont été formidables pendant tout le trip.

Image

Manik n’est-il pas le Greg Noll Maldivien ?
Image

13h30, on attaque la remontée vers Malé pour arriver à notre destination finale, l’île de Hululmalé.

Un break, au pied de la piste de l’aéroport.
Image

On a fait nos sacs et nos boardbags. Je laisse un pain de GreenFix à notre guide. Une poignée de main et un grand merci à chacun de nos marins et nous voilà sur le quai, un pincement au cœur. Ça va vite et cela fait un drôle d’effet de les quitter.

____________________________________________
Bonus > 20 août > North Malé atoll / Malé’s Break

Image

Image

On a une journée à passer à Malé avant de repartir. C’est une occasion de visiter la ville et de surfer le break de la capitale des Maldives.
Le matin, visite de la ville dès 8h afin d’éviter autant que possible la forte chaleur mélangée à l’humidité.

On déambule dans les rues de la ville.
Image

C’est vendredi, jour de la prière la plus importante de la semaine. Ceci conjugué au Ramadan, fait qu’il n’y a pas grand monde dans les rues.

Image


La plus grande activité nous la trouvons au marché au poissons. Il y en a deux en fait : le marché au poisson frais et le marché au poisson séché. C’est sombre, il fait chaud, ça sent fort, mais cela vaut d’être vu.
Image

L’entrée du marché au fruits.
Image

Image

Image

Image


Focus sur la motocyclette in Malé : d’importation asiatique elle est l’objet roulant le plus répandu. Toute la journée c’est un flot ininterrompu mais le soir cela devient frénétique. Ca roule dans tous les sens, vite de préférence et naturellement sans casque. Personne n’a de casque, pas même la police qui patrouille en motocyclette : le conducteur + un passager. S’il s’agit d’un homme et d’une femme, c’est l’homme qui conduit.

L’après-midi on larve autour de la piscine de l’hôtel et je vois cette petite vague de l’aéroport qui casse proprement. Je décide donc d’aller voir ce que donne la vague de Malé.
Me voilà donc, en plein cagnard de 15h traversant la ville de Malé en boardshort avec ma SWOP flashy sous le bras. Les passants me regardent intrigués ou amusés. C’est là que je maudis 10 fois, 100 fois, 1000 fois ma GoPro qui a rendu l’âme après 4 jours de trip. J’aurais pu filmer ou photographier mon parcours pittoresque dans les rues de Malé et tout ce qui va suivre.

Le break de Malé.
Image
Photo : Patrice http://www.lineup-shots.com

Le point de rencontre de tous les surfers de Malé, face au break.
Image

La promenade le long du break.
Image

Point de vue de surfer…
Image

Image

Je retrouve Anko, notre guide body boarder sur le trip. Il y a déjà là toute une troupe de body boarders et les surfers locaux arrivent petit à petit. Les gars sont très chaleureux. Ils veulent savoir d’où je viens, regardent la planche, me briefent sur les sections, l’un d’entre eux me proposera même de m’acheter mes dérives.
Il y a deux sections lorsque l’on fait face au spot. Une section à droite de la baie, presque en point break, qui ouvre plutôt en droite. Et une section au milieu de la baie, qui ouvre en gauche et plus rarement en droite. La première section est un peu choppy car le ressac généré par la deuxième section vient contrarier le déferlement de la première.
Les surfers choisissent la seconde section au milieu de la baie. Le peak est proche de la digue, peut être 50m. On a l’impression de surfer un beach break, sauf que c’est du reef en dessous. Sur cette vague c’est late take off obligatoire car elle lève au tout dernier moment et très vite. Right time, right place. Il y a d’excellentes séries entre 1m et 1,5m qui passent. La vague est creuse et puissante avec des petits tubes parfois. Elle propulse à fond dès le take off. À l’eau les gars ont un niveau de fou. Ça réussit à passer même quand ça ferme, ça envoie des gerbes dans le ciel, ca s’envole. C’est un festival. Je suis un nabot à côté d’eux. Les gars connaissent le spot au millimètre. Et alors que je suis vraiment inside, ils arrivent à l’être encore plus et me laissent sur place. Depuis la plage les copains hurlent lorsque les sets approchent ou lorsque les gars scorent une belle vague. C’est une super ambiance.
Au peak on discute bien. Chaque samedi, tous embarquent sur un bateau et vont surfer les spots au nord de Malé. Ils ont un site web et une page Facebook.
J’arrive tout de même à me faire une place au milieu de ce joyeux petit monde et je place quelques beaux rides sur cette gauche qui me branche à fond.
Au bout de 2h30, je sors rincé et je découvre un spectacle incroyable le long du front de mer. Je me rends compte que la promenade qui longe le spot est noire de monde. Les gars à l’eau font le spectacle est la foule de spectateurs est immense. Il y en a qui sont assis sur la digue, d’autres ont carrément arrêté leur motocyclette en pleine circulation et regardent les gars enchaîner drops et aérials. C’est un spectacle juste incroyable.
Anko m’expliquent que cet endroit est The Place To Be le vendredi en fin d’après midi. Ca surf et ça joue au basket au son de Michaël Jackson, David Guetta et Black Eyed Pies, les enfants envoient leurs cerfs volants dans le ciel à des centaines de mètres de haut, il y a des buffets en plein air qui s’installent pour rompre le jeun dans 1h, on croise des adolescents en jean slim, Ray Ban et coupe afro, des femmes voilées mais habillées de façon très suggestive ; bref il y a un flot incroyable et étourdissant de gens de toute nature, à pieds et en motocyclette.

Cherchez l’intrus…
Image


Image


Propagande électorale… peinte !
Image

Image


Message à toute la jeunesse de Malé.
Image


Je maudis à nouveau ma GoPro, car je crois que ce sont les images les plus pittoresques et populaires que j’aurais vous ramener de ce trip.
Une session géniale ! Moins qualitative que Muli, mais la sensation unique procurée par le fait de surfer avec ces jeunes Maldiviens qui envoient du très lourd et dans ce flot populaire et joyeux.

Avion demain matin. Retour Paris.

Image


Quel bilan de ce trip ?
S’agissant du surf, c’est une déception. 13 jours (en comptant la journée à Malé) et au final quand on met les sessions bout à bout, on a une journée et demie de surf. Le compte n’y est pas vu le budget engagé pour ça.
On est tombé sur une fenêtre météo catastrophique : ciel souvent plombé, vent quasi-permanent, clapot, courants, houle mal orientée. On savait tous avant de partir que cette saison de mousson pouvait amener ce type de temps ; mais même le capitaine du bateau nous a dit que ce mauvais temps pendant presque 8 jours était exceptionnel et qu’aux Maldives aussi on ne comprend plus ce qui se passe dans le ciel.
Heureusement, il y a tout le reste, et ce qui fait l’essence de tout voyage : les lieux, les couleurs à couper le souffle, la faune marine, l’atmosphère, le dépaysement, la vie à bord avec les autres tripers et avec l’équipage, les Maldiviens. De ce point de vue on a fait le plein de rencontres, de rêve et d’énergie.

Quelques conseils (il y en a bien d’autres) pour bien aborder ce genre de trip :
- S ‘informer le plus possible sur son contenu avant le départ. Pour ce trip Maldives on atterrit sur un des atolls centraux et la remontée vers Malé se fait en bateau, en tentant de surfer sur un maximum des spots qui sont sur la route. C’est important d’en être conscient car cela explique les choix qui doivent parfois être fait de quitter un spot qui fonctionne bien parce que il faut bien à un moment donné naviguer vers le point de retour.
- Ne pas oublier que même en trip sur un bateau de croisière on est… sur un bateau et pas dans un hôtel et encore moins dans un avion ; et que donc il y a des contraintes incontournables : contraintes de temps de navigation, de mouillage, de vie en espace réduit, etc…
- Savoir que la météo marine, cela peut changer et que les prévisions restent des prévisions. Il faut naviguer pour aller d’un spot à l’autre, parfois de longues heures, et les vagues n’attendent pas le surfer…
- Être conscient qu’un groupe de surfers est avant tout un groupe ; et que les décisions de bouger ou de rester se prennent ensemble en toute conscience. On évite ainsi de « refaire le match » après…
- Protéger au maximum ses boards pour le voyage. Sur ce trip, tous ceux qui n’étaient pas équipés de vraies housses de voyage ont eu des bumps sur leur board plus ou moins importants.

Nous n’avons pas surfé les Maldives comme nous l’avions rêvé mais je crois savoir qu’un gentil membre organisateur cherche des volontaires pour y repartir…


Rendez-vous dans quelques semaines pour la vidéo…


CB


Image
Modifié en dernier par PCPRL le Dim Aoû 29, 2010 22:11, modifié 2 fois.
Team des Imprudents
PCPRL
 
Messages: 264
Enregistré le: Mer Aoû 05, 2009 10:44
Localisation: Sur une dalle qui tuyaute
Nombre de sessions: 0

Re: [Boat Trip] Maldives atolls centraux Episode 2

Messagepar Occy17 » Mar Aoû 24, 2010 18:21

merci pour le report
dommage pour les conditions mais le voyage reste top tout de même
Team Pains Grillés
Avatar de l’utilisateur
Occy17
 
Messages: 2998
Enregistré le: Mar Déc 18, 2007 11:50
Localisation: Tonnay Charente (17), home spot : pas de home spot, vive les trips
Nombre de sessions: 3

Re: [Boat Trip] Maldives atolls centraux Episode 2

Messagepar Tibok » Mar Aoû 24, 2010 21:46

Elles sont franchement superbes les photos... Çà fait mal au cœur pour les conditions mais c'est aussi la loi des surftrips :( En tout cas merci pour le partage, c'était super agréable à lire :yess:
Pain grillé repwesent

http://www.surfrepotes.fr
Avatar de l’utilisateur
Tibok
Site Admin
 
Messages: 6491
Enregistré le: Lun Déc 03, 2007 21:52
Localisation: Pessac
Nombre de sessions: 7

Re: [Boat Trip] Maldives atolls centraux Episode 2

Messagepar zitoune » Mar Aoû 24, 2010 22:02

superbe report :yess:
même si le surf n'était pas à la hauteur de tes espérances on sent que le reste était au top!
pourquoi avoir pris des photos (du haut de la balise) au lieu de surfer alors que vous aviez peu de vagues? :blonde:

et comment madame a trouvé le trip?

sinon sympa la dernière dédicasse :lol:
Avatar de l’utilisateur
zitoune
Site Admin
 
Messages: 14513
Enregistré le: Lun Déc 03, 2007 22:34
Localisation: Un peu loin des vagues, mais ça va revenir !

Re: [Boat Trip] Maldives atolls centraux Episode 2

Messagepar soroli » Mar Aoû 24, 2010 22:58

Superbes photos et super report malgré les conditions difficiles que tu as rencontré.
Et Muli était vraiment plus belle que ce que j'avais eu. Pour moi, c'est le plus bel endroit à surfer sur ces atolls.
Pour le GO, je ne vois pas de quoi tu parles ... :fufu:
Deux choses sont infinies : l'univers et la bêtise humaine. En ce qui concerne l'univers, je n'ai pas encore acquis la certitude absolue. (Albert Einstein)
I surf because each session is a small piece of Life to share with Friends.
Avatar de l’utilisateur
soroli
 
Messages: 6714
Enregistré le: Mer Déc 30, 2009 13:43
Localisation: Les voyages forment la jeunesse ... ou ce qu'il en reste ...
Nombre de sessions: 0

PrécédenteSuivante

Retourner vers Trips surf & voyages

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités