Hugo Savalli, rencontre et interview

Proposez ici des articles surf.
Les articles pourront ensuite être intégrés dans le wikisurf
http://www.wikisurf.fr

Hugo Savalli, rencontre et interview

Messagepar pipeau » Ven Oct 22, 2010 11:31

Dans le surf comme dans tous les sports il y' a d'un côté les amateurs et de l'autre les professionnels. Les premiers suivent assis sur le bord de plage ou par internet les compétitions des seconds et  il arrive au détour d'une session que ces deux mondes se côtoient. La presse spécialisée nous relate assez régulièrement tout au long de l'année à travers les compétitions et suivant leurs résultats le parcours de certains.  Parfois un reportage sur un trip en free-surf  nous permet de voir ces surfers autrement qu'en lycra de couleur essayant de scorer pour un meilleur classement.  Pourtant il serait faux de croire qu'il n'existe pas de lien entre ces deux mondes; Certains de ces surfers ont su garder une proximité vraie avec les surfers amateurs que nous sommes et n'hésites pas à communiquer de façon simple et non formatée par les lois du sponsoring. Hugo Savalli fait parti de ceux-là. Présent sur la toile via son blog et toujours disponible de façon spontanée pour répondre aux questions, le compétiteur qu'il est  nous démontre via cette interview que le monde de la compétition n'est pas aussi hermétique que l'on pourrait le croire.

Image


Surfrepotes: Je te propose comme à notre habitude une petite présentation rapide.
Bonjours, je m'appelle Hugo Savalli. Je suis surfer pro du team O'neill et Dakine. Je suis né à l'ile de la Réunion où j'ai grandi et appris à surfer. Je vis maintenant à Capbreton depuis plusieurs années.  

Image

Srp: Très vite et très jeune, la compétition a fait parti de ton surf. Au point où on pourrait se demander si dans ton cas  les deux ne sont pas indissociables.
J'aime beaucoup la compétition mais la chose que j'aime c'est le surf. Ce que j'aime le plus au monde c'est me lever tôt le matin, prendre le premier board short dans mon armoire et aller surfer chez moi. A ce moment là, la compétition est très loin de ma tête. 

Image

Srp: Dans une récente interview je lisais que tu hésitais  entre deux compétitions du WQS qui se déroulaient de façon simultanées. Je me suis alors demandé comment justement gérais tu ton année de compétition; Qu'est ce qui te poussait vers une compétition plutôt qu'une autre ?
On choisit les compétitions au feeling en fonction du type de vague et du nombre d'étoiles. Un WQS prime donne beaucoup plus de points qu'un 6* mais il attire aussi du coup beaucoup plus de monde. Donc on va là où on sent le meilleur résultat possible en terme de points.  Après il y a des endroits qu'on aime particulièrement, où on aime retourner. 

Image

Srp: Comme dans toute compétition au long cours le WQS affiche un classement général sans cesse remis en jeu au fil des épreuves. J'imagine, peut être à tord, que cela doit rajouter une pression supplémentaire aux compétitions proprement dites. 
C'est vrai qu'il est parfois difficile de tenir la pression sur une année. il y a deux ans par exemple, j'étais 1er au classement européen la moitié de l'année. je n'ai pas tenu cette pression et je suis passé complètement à coté de ma fin de saison. J'ai terminé 8eme au classement...

Image

Srp: Justement on parle beaucoup de coaching sur le plan physique mais existe t-il une préparation mentale afin de faire face à la pression.
Il en existe plusieurs bien sur comme pour tous les sports et même tous les métiers où l'on peut subir de la pression. Certains font simplement appel à un psychologue du sport, d'autre utilise la PNL, la sophrologie, le yoga ou encore l'hypnose.  Le but est d'arriver prêt psychologiquement à un événement et de gérer cette pression comme cela nous va. Certains s'en servent dans le bon sens et elle les rend plus combatif ou d'autres apprennent a l'ignorer pour être plus concentrés sur ce qu'ils ont a faire. Pour ma part cela dépend des fois et de mon humeur. Elle reste tout de même souvent présente. 

Image

Srp: En parlant de pression, on ne peut pas dire que le WQS souffre d'une pression médiatique importante. Même si ils sont par nature intimement liés, ce dernier semble vivre dans l'ombre du grand frère  « ASP World Tour »... 
C'est sure qu'elle est bien moins importante que pour le world tour mais la pression est plutôt personnelle, parce que c'est important pour nous. Le WQS semble tout de même bien suivi. Cela reste la deuxième division du surf mais la première est tellement restreinte qu'il y'a forcement du niveau après et les gens, comme les médiats le savent. 

Image

Image

Image


Srp: Penses tu que la nouvelle réglementation liant le WCT au WQS va permettre à ce celui-ci d'exister de façon différente. 
Je ne suis pas tout a fait d'accord avec la façon dont est fait cette nouvelle réglementation car elle ferme d'avantage l'accès au World Tour. La répartition des points n'ai pas juste. Mais d'un autre coté, j'aime l'idée du classement unique. Si ils rétablissent une distribution de points équitable, le "One ranking" devrait obliger les surfeurs WCT a se mesurer aux autres surfeurs ce qui attira d'avantage l'attention vers le WQS (qui devient "stars" et "primes" évent).  

Image

Srp: Sur un plan beaucoup plus général que penses tu de ces nouvelles dispositions ?
Je ne sais pas trop, je suis septique. Je n'aime pas non plus que les qualifiés changent tout les 3 mois. On ne peut pas appliquer systématiquement ce qui est fait dans les autres sports au surf. Un titre de champion du monde de surf doit être attribué sur le plus d'épreuves différentes possible. Le surf est complexe, certains surfeurs excellent dans les beachs breaks d'autres dans les gros tubes et le titre doit être décerné seulement après que tous se soient affrontés dans le plus de différents types de vagues possible et le meilleur sera celui qui s'en sera le mieux sorti dans l'ensemble. Maintenant si un mec très doué sur les points break ne tombe que sur des beachs breaks pendant ses 3 mois de qualification, il risque de se faire redescendre alors qu'il aurait peut être mieux tiré son épingle du jeu à un autre moment de l'année sur d'autres épreuves. Je pense qu'il faut bien une année pour faire ses preuves. (ex kelly cette année qui ne fait pas particulièrement un très bon début d'année et qui finira surement par gagné le titre).

Image

Srp: Pour revenir au surf en lui même tu sembles certes à fond dans la compétition mais toujours partant dés que cela est possible pour le surf plus libre qu'offrent les trips.
Comme je disais, j'aime vraiment la compet mais j'aime surtout le surf. Et sur le WQS nus n'avons pas souvent de bonnes vagues. Je me rends compte que cela me manque beaucoup. J'essaie de triper quand je peux mais le calendrier ne nous laisse pas beaucoup de temps libre. Faire le tour te fait prendre de l'expérience en compétition mais tu surf beaucoup moins qu'en faisant des trips. Je pense que l'année prochaine, je vais plus faire de surf trip quitte a manquer des compétitions.

Image

Srp: Certains pros profitent de ces trips pour s'offrir l'occasion de surfer différemment. Moins agressifs, ils basculent sur un mode de surf plus coulé, recherchant plus de courbes que de figures. Fais tu parti de ceux là ? 
Je sais pas trop, je pense que mon surf est déjà "plutôt en courbe" donc j'aurai plutôt tendance a tenter des manœuvre plus "new scool" en trip. 

Image

Srp: En préparant cette interview, je me suis rendu compte que tu semblais véritablement intéressé par les rencontres humaines. Pas un récit de trip où tu ne mentionnes pas tes rencontres avec les gens du coin ou les surfers partageant le trip. Cela fait du bien et je pense renvoi une une bonne image à ceux qui pensent que les trips n'existent que par et pour les vagues.
Disons qu'en plus du "trip surf" j'aime le voyage en lui même. J'ai bien entendre ce que pense les gens qui ont grandi dans un environnement complètement différent du mien. Connaitre leur culture. J'aime aller chez mes potes à l'étranger. Souvent, on manque plein de chose quand on reste a l'hôtel et qu'on ne rencontre pas les locaux. Je crois aussi à ce que je surnomme le "surf équitable". Quand on voyage dans des pays où les gens peuvent avoir des besoins, c'est bien de les aider comme tu peux. Par exemple donner du matos aux jeunes locaux qui n'ont pas les moyens de s'en payer. On ne peux pas juste venir profiter des bonnes vagues et de la vie pas cher et ne rien donner en contre parti. Moi, je parraine le club d'un pote (Oumar Seye) au Sénégal, je lui donne mes vielles combinaisons et mes vielles boards. Cela ne me coute rien et les ses kids sont super content. Je donne aussi quelques planches et fringues au gamins d'un village où je vais souvent a Madagascar. Et là pareil, les enfants adorent. Ça crée des liens. 

Image

Srp: L'amitié semble aussi très importante pour toi.
Oui, ca l'est! Mes amis proches sont vraiment comme ma famille. 

Image

Srp: Comment être ami avec un compétiteur qui fatalement dispute ou disputera un jour ou l'autre le même trophée que toi ?
Cela n'a rien a voir. C'est comme jouer au poker avec tes potes. Tu n'as vraiment pas envi de perdre mais ce n'est pas pour ça que si il me bat il ne sera plus mon pote. Je n'attends pas d'un pote qu'il ne me bloque pas a la fin d'une série ou il serait 2 et moi 3. Tout comme je n'attends pas de mon pote qu'il ne bluff pas au poker. On fait un sport avec des règles et il faut tout faire pour passer. 

Image

Srp: Tu mentionnes aussi souvent le travaille de ton entourage technique (préparateur physique, manager...). Chose assez rare dans le monde du surf pro.
Rare d'être encadré ou rare d'en parler? Presque tout les surfeurs du WQS on des agents et des entraineurs maintenant. Je pense que certains essayent de garder une image "rock&roll" et n'aiment pas montrer qu'ils s'entrainent et qu'ils sont de vrais sportifs. D'autres n'aiment juste pas en parler. Moi, j'en parle parce que mon entourage est important.

Image

Srp: Qui dit compétition professionnelle dit sponsors. C'est une évidence, une réalité et une nécessité. Mais comment cela se passe-t-il concrètement ?  Un jour quelqu'un vient te voir et te propose un contrat ? Existent ils des obligations de résultats ? Des règles officielles ou officieuses a respecter ?
Ça commence souvent quand tu es tout petit. Si tu gagnes les compétitions locales ou que tu te fais remarquer. Les marques cherchent des jeunes talents. Au début ils te donnent du matériel, puis si tu montes ils te font voyager… Ensuite les choses évoluent en fonction de tes résultats, ton image et de la marque que tu représentes. Tout est négociable, en général les surfeurs n'aiment pas les obligations de résultat mais certain ont des « fixes » auxquels s'ajoutent des primes aux résultats. 

Image

Srp: Comment parler de surf sans parler de planches ? Peux tu nous parler de ton quiver sans peur de te lâcher, crois moi tu seras lu attentivement...« Travailles » tu de manière étroite avec un shaper particulier et si c'est le cas comment se passe cette collaboration ?
Je n'ai pas vraiment de sponsor de planche. J'aime commander un peu partout mais je travail mes planches surtout avec Bradley. J'aime beaucoup ses boards, il semble être le shaper du moment sur le tour. Je fais aussi pas mal de Al Merrick. Je suis très difficile avec les planches, je prends souvent comme contre-exemple Michel (Bourez), il surferait surement presque aussi bien avec un bout de bois qu'avec une bonne planche. Je suis tout le contraire..
J'ai donc des tonnes de planches chez moi et j'en surf quasiment que 3 ou 4. J'ai une 5'9 Al Merrick pour les toutes petites vagues creuses, qui est en fait le pain d'un 5'11 qu'on a coupé et rechapé le nose. Ce qui permet d'avoir une planches plus plate (donc plus contrôlable et plus rapide) avec moins de poids au nose. Ensuite j'ai une 5'11 même marque, même modèle pour des vagues un peu plus grosses (1m à 1m20) de beach break (planche D&CO sur mon blog). J'ai une 6'0 Bradley modèle F10 qui marche plus ou moins partout à partir de 1m et une 6'0 Bradley modèle CB1 que je surf plutôt dans le reef ou dans les vagues qui donnent de l'espace pour surfer. Ensuite j'ai tout une collection de guns de marques différentes allant de 6'2 à 7'3.


Image

Image

Image

Srp: Les planches des compétiteurs ne sont pas vraiment réputées pour leurs décorations. En réfléchissant un peu on se dit que les sponsors ne seraient peut être pas ravis de  voir leur logo  « noyé » dans une déco recouvrant l'ensemble de la planche. De plus je suppose qu'à ce niveau de la compétition les planches se doivent d'être le plus légères possible au gramme prés. Mais sérieusement, tu n'aimerais pas un jour te pointer à une compétition avec sous le bras une déco de fou brisant la loi de la planche blanche et monochrome ? 
Lol! Nan, c'est pas une question de sponsors du tout. C'est juste que c'est dure d'attendre de faire une déco quand on a une nouvelle planches. J'en fait de temps en temps… Mais d'autres comme Alain (Riou) en font quasiment sur toutes leurs planches. Il y a des jours ou avec Romain (Cloitre) et Sancho, on se prend une  motivation et on fait atelier déco chez Fredo (Robin). Des vrai artistes… lol 

Image

Image

Image

Image

Srp: A la vue du calendrier des compétitions, la vie de compétiteur ne semble pas de tout repos. J'imagine qu'il doit bien avoir des moments de breaks peut être même nécessaires d'un point de vue mental aussi bien que physique. 
Déjà, notre situation spécial. suivant comment on voit la chose, on peut dire qu'on bosse tout le temps ou qu'on ne bosse jamais, vu que notre job est notre passion et notre vie. Il n'y a pas vraiment de dimanche ou de jours fériés en surf… Il y' a des moment ou les compets s'enchaine au quatre coins du monde, où on n'arrête pas de bouger et là c'est difficile. Et il y a d'autres moment où on est plus tranquille. pour moi, le seul moment où je coupe un peu c'est quand je suis à la Réunion pour les fêtes. 

Image

Image

Srp: Je te remercie sincèrement pour ta disponibilité et te souhaite toute la réussite que tu mérites pour cette année.
A bientôt !

Image

Le blog personnel d'Hugo

Page officielle d' Hugo Savalli du team O'Neill

Bonus Track :yess: :



Liste complète des interviews et articles du forum
pipeau
 

Re: Hugo Savalli, rencontre et interview.

Messagepar soroli » Ven Oct 22, 2010 11:50

Sympa comme interview ! :yess:
Merci à Hugo et merci à toi Pipeau
Deux choses sont infinies : l'univers et la bêtise humaine. En ce qui concerne l'univers, je n'ai pas encore acquis la certitude absolue. (Albert Einstein)
I surf because each session is a small piece of Life to share with Friends.
Avatar de l’utilisateur
soroli
 
Messages: 6047
Enregistré le: Mer Déc 30, 2009 13:43
Localisation: Les voyages forment la jeunesse ... ou ce qu'il en reste ...
Nombre de sessions: 0

Re: Hugo Savalli, rencontre et interview.

Messagepar GG85 » Ven Oct 22, 2010 17:46

Merci pipeau, encore une super interview :yess:
Maître Jedi de TheNext
Avatar de l’utilisateur
GG85
 
Messages: 2945
Enregistré le: Mer Déc 05, 2007 19:52
Localisation: Bordeaux
Nombre de sessions: 0


Retourner vers Articles surf

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron